Actu
AVENGERS ENDGAME : Le chapitre se referme…

AVENGERS ENDGAME : Le chapitre se referme…

24 avril 2019 | PAR Pierre-Lou Quillard

Bon, on vous rassure ! Pas de spoil ici ! Du moins, on va essayer d’en révéler le moins possible sur le contenu de l’intrigue. Pas question de se faire taper sur les doigts par Mickey ou de s’attirer les foudres de fans vengeurs en colère !  Mais rien ne nous empêche de parler de l’ambiance générale du film !

Un Bouquet final

On récapitule. Ce nouvel opus de la saga est le 4 ème volet des Avengers (presque 5ème si on compte Captain America Civil War qui les réunissait tous) mais c’est surtout la suite d’Infinity War qui a autant régalé que dérouté les fans l’an passé. Se présentant comme le point de convergence de toutes les intrigues Marvel, le diptyque rassemble aussi bien les Gardiens de la Galaxie que les guerriers d’Asgard du dieu Thor, les wakandiens de Black Panther, l’univers quantique d’Ant-Man, magique de Docteur Strange ou l’univers scientifique de Tony Stark alias Iron Man… Une magnifique logique de multiplication des crossovers donc, ces croisements entre intrigues, qui constitue le climax du MCU (Marvel Cinematographic Univers). 

On avait laissé ce qu’il restait d’Avengers survivants à la fin d’Infinity War tandis que le redoutable Thanos triomphait d’eux en ayant collecté les pierres d’Infinité, lui permettant non seulement de devenir l’être le plus puissant de l’univers mais surtout de mettre son plan à exécution, plan qui consistait à réduire en cendres 50 % de la population de l’univers pour rétablir l’équilibre … L’arc narratif de cette suite est cohérent dans l’ensemble du MCU. Il paraît difficile de tout comprendre si on ne s’est pas remis à niveau, en voyant notamment Ant-Man et la Guêpe ou Captain Marvel, qui se révèlent (on s’en doute dès l’affiche) être cruciaux dans le déroulement de l’intrigue. Le climax du film est en fait l’apogée d’une série d’une vingtaine de films au minimum ce qui la rend d’autant plus épique et jouissive. On a vraiment le sentiment que « la boucle est bouclée » à la fin de ce film.

Changement de ton

Endgame dure 3 heures. C’est long ! On peut certes reconnaître que Disney n’a pas lésiné sur les moyens pour réunir ce casting de compétition et cette profusion d’effets spéciaux. Et pourtant, ce film semble beaucoup moins « tape-à-l’œil » que le précédent. Le ton est en effet très différent. Indéniablement plus sombre, cet opus joue beaucoup plus sur le pathos que le registre comique même si les blagues continuent à parsemer les dialogues. Comme le laissait présager le nom des personnages rescapés présents sur l’affiche, cet Avengers retourne aux sources en nous faisant presque retrouver la configuration originelle, presque sans pièces rapportées (sauf Ratchet, le raton-laveur galactique et Nebula). Cet opus plus intimistes est donc plus basé sur les personnages, leurs douleurs, leur intériorité… Si le film met un certain temps à démarrer, il explose dans le dernier tiers et nous rappelle qu’il est bien une production hollywoodienne, un block buster qui se veut spectaculaire. 

Grand étonnement face au personnage de Captain Marvel. Alors qu’elle était présentée à la fin du générique d’Infinity War comme la solution à la situation, force est de constater qu’elle n’occupe qu’un rôle assez mineur dans ce film et que sa luminescence supra-atomique ne vole pas la vedette des gros bras musclés de Captain América et de Thor qui en prends pas mal dans la figure ! Mais ce n’est qu’une surprise parmis toutes celles que nous réserve ce film, peuplé de rebondissements. Dans la salle, beaucoup d’applaudissements ! On n’en dira pas plus…

Le conseil : N’attendez pas comme tout bon habitué aux ouvertures en fin des génériques des films Marvel, il n’y a rien à la fin du générique ! La boucle est tellement bouclée que Marvel ne nous donnera pas d’avant goût de la prochaine intrigue. 

Moralité, Avengers Endgame est bien un Blockbuster qui cherche à faire du chiffre, mais il n’en reste pas moins un film clé dans l’histoire de la firme aux supers-héros et un divertissement jubilatoire. 

Bonne séance ! 

 

 

Le festival SEP passe par le 7e art pour mieux faire connaître la sclérose en plaque
Game of Thrones, saison 8, épisode 2 : le calme avant la bataille…
Pierre-Lou Quillard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *