[Live-Report] Les Francofolies : Furtive Brigitte pour un hommage disco à Balavoine

15 juillet 2016 Par Cedric Chaory | 0 commentaires

14 juillet, début de soirée, dans une Rochelle noire de monde. Bon alors plutôt d’humeur Daniel Balavoine ou hip hop session pour cette deuxième soirée aux Francis ? L’affiche de la grande scène Jean-Louis Foulquier dégaîne cinq MC : Guts, Big Flo & Oli, Nekfeu et Maître Gims. Jouons-là stratégique : une carte blanche à Youssoupha est prévue à La Sirène dimanche et Monsieur est quand même niveau lyrics un cran au-dessus de l’affiche de ce soir, donc vas-y pour Balavoine dont on fête cette année les trente ans de la tragique disparition.

 

Quand on sait qu’en plus c’est le duo sexy choc Brigitte (déjà présent aux Francofolies l’année dernière) qui revisite le répertoire de Daniel, il n’ y a plus à hésiter. Les belles nous ont habitué à d’excellentissimes reprises : souvenez-vous de Ma Benz de NTM en 2010, un bon tube hip hop justement.

Henri, Brigitte et Daniel, création-carte blanche spécialement conçue pour les Francos 2016 est incontestablement l’événement de la soirée. La salle est comble et l’attachée de presse réussit, avec un aplomb inébranlable en forme de big smile, à calmer photographes et journalistes prêts à la flinguer pour un strapontin. Grosse pression donc pour le duo de charme Aurélie Saada et Sylvie Hoarau qui enchaîne les triomphes et les bons albums depuis six ans.

« Daniel Balavoine  fut un artiste fort, sensible, solaire, engagé, si inspirant. Nous allons revisiter quelques chansons de son répertoire, pas forcément les plus populaires, pour remettre dans la lumière son écriture riche et généreuse, qui est un terrain de jeu exceptionnel pour la voix » teasent-elles dans le dossier de presse. Depuis cette annonce, rien n’a filtré sur le show. Mystère.

Alors quand le rideau se lève, le millier de spectateurs retient son souffle. Passée l’intro musical planante concoctée par Bon Voyage Organisation (qui assure toutes les réorchestrations des titres aux échos néo-egyptiens et nord-africains), Brigitte entre en scène, sapées comme jamais. Pantalon et caraco en lamé bleu électrique, talons de 12 pailletés. Tout le glamour du duo – seul duo féminin de la chanson française en activité précisons-le – est là.

Johnny Rockfort, L’Aziza, Lucie, Lipstick polychrome, Sauver l’amour, vivre ou survire … Voilà la set list : quelques tubes et de nombreux titres méconnus qui, si ces derniers sont bons, douchent un peu le public bien plus enthousiaste quand il peut fredonner des airs connus par cœur « Et comment retrouver le goût de la vie, etc. etc. » Excellentes comme toujours dans l’interprétation, Brigitte peine cependant à investir la grande salle de La Coursive. Passés les mouvements de bras tout en volutes, les dos-à-dos et face-à-face et autres pas de danse orientale, on les sent perdues, se cherchant incessamment du regard pour se rassurer, butant sur quelques intros. Il est vrai que le défi (qu’elles ont elles-mêmes provoqués en sollicitant les Francofolies) est énorme. La prestation honnête et sincère se révèle cependant un peu courte (1h au lieu des 1h30 annoncée) pour que la magie prenne totalement.  « Une autre, une autre » réclame le public unanimement debout. Ce sera juste deux grand sourires et deux mains qui disent au revoir alors que le rideau se ferme.

Cédric Chaory (correspondant Francofolies de La Rochelle)


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: