Jeremy Warmsley, un poète anglais

9 décembre 2008 Par marie | 1 commentaire

warmsleyJeremy Warmsley, jeune artiste londonien, vient de sortir How we became. Ce chanteur littéraire voulait que les mélodies de son deuxième album « se retiennent facilement »… Pari réussi, les sonorités rocks et electros sur fond pop de Lose my cool ou If he breaks your heart persistent « en oreille »… tandis que lui, Jeremy, garde les mots à la bouche… Rencontre.

Jeremy Warmsley a sorti son premier album, Art of Fiction à 23 ans, collaboré avec Daniel Johnston, Regina Spektor, Iron & Wine, Beirut et The Shins, et travaillé pour How we Became avec Markus Dray, celui-là même qui a co-produit Arcade Fire, Brian Eno, Björk et Coldplay…

Tout ceci l’artiste ne l’évoque guère, il arrive en interview avec son émerveillement de gamin, son envie de perfectionner son français, son amour des mots et ses démangeaisons devant le piano. De mère française et de père britannique, le jeune londonien disserte littérature, son œuvre musicale aussi : Art of Fiction était le titre d’un essai de David Lodge (pas très intéressant précise-t-il en passant) et son troisième album, actuellement en cours d’enregistrement (et aux « accents plus rock» confie-t-il) sera baptisé du nom d’une pièce d’un grand dramaturge britannique…

Ce musicien talentueux nourri aux XTC à Ed Harcourt ou Rufus Wainwright porte donc une attention particulière aux textes, et s’étonne de voir sur son myspace des commentaires tout droit venus du Japon… « ce doit être du à quelque chose intrinsèque à [ma] musique », s’étonne-t-il avant de jouer passionnément Lose my cool. Si les mélodies de How we became sont effectivement homogènes, morceaux lancinants que l’on fredonne toute la journée durant, les textes sont plus éclectiques même si les romances y prennent une place importante plus qu’elles soient improbables (Dancing with the Enemy) ou impossibles (If He Breaks your heart) ou simplement fantasmes à en perdre le sang froid, voire à devenir totalement fou (Lose my cool).

On l’aura compris, l’artiste ne perd pas son temps, et, tout en enregistrant son 3eme opus, travaille sur le 4e. En attendant, on se délectera de How we Became et  on attend de le voir sur la scène française.

How we became, Jeremy Warmsley, Transgressive Record, sorti le 25 novembre 2008.

« Lose My Cool » official music video

« Dancing With The Enemy » official music video

 

 Interview menée en partenariat avec Zik4zik


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

COMMENTAIRES:

  1. Ping : A noter : Jeremy Warmsley en concert à la Flèche d’or | La boite a sorties

Laissez un commentaire: