« Dire Straits, l’Amérique Fantasmée » par Arnaud Devillard

7 février 2016 Par Jean-Christophe Mary | 0 commentaires

Arnaud Devillard raconte la grande histoire des Dire Straits, l’un des groupes de pop rock les plus créatifs et les surprenants de la périodes des 80’s et des 90’s.

Note de la rédaction :

Créé à l’été 1977 à Deptford en Angleterre, Dire Straits s’est d’abord illustré avec l’album « Sultans of Swing » qui deviendra aussi l’hymne du groupe, un poignée de chanson composé par le guitariste Mark Knopfler, comme l’un des pionnier du renouveau la scène country rock influencée par J.J. Cale et B.Dylan. Puis le groupe a explosé avec les succès mondiaux de ces quatre albums culte: « Communiqué (1979), « Making Movies (1980) « Love over Gold » (1982 ) et « Brothers in Arms » (1985). Il a ainsi totalisé plus de 120 millions d’albums vendus.

Après le départ du guitariste David Knopfler (frère de Mark) en 1982, les nombreux changements survenus dans la composition et la ligne musicale du groupe n’ont jamais empêché l’esprit de Dire Straits de rester intact. Il est remarquable que cette entité musicale ait même survécu au départ de son fondateurs en 1995. Car au fil du temps, Dire Straits s’en est retrouvé plus fort plus grand et continu aujourd’hui encore de faire rêver. Il faut voir l’hystérie du public lorsque Mark Knopfler lors de ses concerts solo, reprend un ou deux standards de son groupe fétiche. D’où vient le nom Dire Straits ? Comment le groupe a t il pu faire rêver des millions d’adolescents en 1977, en pleine frénésie punk ? Comment Mark Knopfler s’est il retrouver à produire le groupe Aztec Camera ? Où et comment est né le tube Money For Nothing ? Ces questions trouvent ici leurs réponses.

Le journaliste Arnaud Devillard ouvre la boite de pandore et livre l’essentiel de l’épopée Dire Straits, mêle de ses souvenirs personnels notamment le concert à la Halle Tony Garnier de Lyon en 1992. Il passe en revu les triomphes mais aussi les désastres de cette longue et extraordinaire épopée humaine. On y découvre les secrets de l’enregistrement des albums, la génese des chansons, les amitiés avec des musiciens comme Eric Clapton, Chet Atkins. Un ouvrage précis qui reprend année après année tous les événements qui o
nt marqué la vie professionnelle du mythe Dire Straits. Un nouvel éclairage qui ravira les collectionneurs et puristes du genre.

Arnaud Duvillard, Dire Straits, Le Mot et le Reste , 185 p., 17 euros. Sortie le 16/01/2016.

Visuel : (c) DR


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laissez un commentaire: