Le cours des actions d’EuropaCorp s’est effondré après le faible week-end de « Valérian » aux Etats-Unis

27 juillet 2017 Par
Gaspard de Florival
| 0 commentaires

Le premier week-end de « Valérian » de Luc Besson aux Etats-Unis s’est révélé désastreux pour EuropaCorp, la société de production du réalisateur français, qui a vu le cours de ses actions chuter de 8,31% en clôture de marché lundi dernier à la bourse de Paris. 

valerian-150x150

Considéré comme le film indépendant le plus cher de tous les temps avec un budget de 180 millions dollars, « Valerian » a seulement rapporté 17 millions de dollars aux Etats-Unis pour son premier week-end de diffusion. Le film a atterri à la cinquième place, derrière « Spider-man » , « Girls Trip » et le film de Christopher Nolan « Dunkerque » qui a, lui, dépassé les attentes et reçu des critiques pour la plupart élogieuses.

Pour rappel, « Valerian » est une adaptation d’une bande dessinée française de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières où l’on retrouvent les stars Dane DeHaan et Cara Delevingne comme duo de combattants futuristes. Cette équipe d’agents spatio-temporels est chargée de maintenir l’ordre dans les territoires humains, notamment dans la cité Alpha.

Tim Westcott, analyste pour IHS, souligne la stratégie risquée du lancement du film aux États-Unis qui n’appartient pas aux références américaines DC Comics ni à Marvel ajoutant que « Valérian » est basé sur un contenu inconnu en dehors de l’Europe.

En dehors des Etats-Unis le film a déjà été distribuée au Canada, en Israël ou encore en Allemagne. On attend surtout sa sortie en France prévue le 26 Juillet et au Royame-Uni le 2 août. Sa sortie en Chine, où il est prévu d’être projeté dans quelque 9000 cinémas, a elle, été retardée.

Quoi qu’il en soit, les mauvais chiffres aux Etats-Unis n’augurent rien de bon pour le film de Luc Besson et jette une ombre sur les perspectives de rentabilité du film. On se souvient que contrairement à « Valérian », les anciens films du réalisateur, qu’il s’agisse de « Lucy » ou « Taken » ont aussi bien marché aux Etats-Unis qu’ailleurs. « Si « Valérian » se révèle être un flop aux États-Unis, il sera très difficile de compenser cet échec avec le reste du marché international compte tenu de la taille du budget du film »  explique Tim Westcott.

Par comparaison,  « Lucy » qui a coûté 40 millions de dollars a rapporté 43,8 millions de dollars lors de son week-end d’ouverture aux États-Unis et a récolté ensuite quelque 463 millions de dollars dans le monde entier.

L’autre inquiétude autour de ce film est qu’il est loin de faire l’unanimité. Rappelons que l’objectif d’EuropaCorp est de récolter 400 millions de dollars pour rentrer dans ses frais et combler son déficit. Autrement, un krach de la société de production peut être envisagé. « Valérian » doit donc faire mieux et vite.

visuel: © affiche officielle du film