Vidéo : A La Rencontre des Rencontres, par Cyril Montana

8 juillet 2018 Par
La Rédaction
| 1 commentaire

Journaliste, auteur, réalisateur, Cyril Montana était à la semaine d’Ouverture des Rencontre d’Arles. Il nous en rapporte une story toute en images entre télégraphe et lumière…

A La Recontre des Rencontres, Par Cyril Montana from Toute La Culture on Vimeo.

Sommes allés à Arles. Avons vécu la chaleur ambiante. La chaleur étouffante surtout. Avons regardé, scruté, admiré, aimé ces photos en pagaille.

Prendre des forces, se ressourcer, méditer pour retrouver l’écoute, contempler. Contemplations. 40 œuvres exclusives en noir et blanc du moine blanc bouddhiste Matthieu Ricard, imprimées sur papier japonais Awagami. Technique de production vieille de 1400 ans. Grand format. Chacune agrémentée de citations. Vivre, c’est être utile aux autres. Sénèque. La question n’est pas de savoir si la vie a un sens, mais de savoir comment pourrais-je donner une sens à ma vie. Dalaï-Lama. Endroit exceptionnel sur les bords du Rhône. Structure monumentale de 70 mètres de long. 1000 m2 en bambou. Architecte Simon Vélez. Sérénité. Calme. Douceur. Respiration lente. Bref, beauté.
Trinquetaille Arles 3 juillet-23 septembre.

Promenade dans les rues escarpées de la ville. Chaleur épaisse. Arles est un voyage entre l’Italie et l’Espagne, notre cœur balance. Arrêt à la galerie l’Arbre du monde. Exposition Dérives. Un objet transparent contenant une caméra a dérivé pendant des mois à la surface du Pacifique, de la Méditerranée, puis de l’Atlantique. Les images recueillies par les éditions entre Chien et Loup ont inspiré le collectif Flair. Résultat : une fragrance par dérive à humer les yeux fermés. 64°N, singulière, caractère, audacieuse. 24°N, douce, consensuelle, enivrante. 39°N. Iodée, puissante, assumée. Les parfums numérotés sont en vente à la galerie. Tous sauf un, « Mon Il ». Que seuls celles et ceux qui assisteront à la chorégraphie de Daniel Pop, dans un lieu tenu secret, pourront posséder. Tête : bergamote et poivre noir. Cœur : rose chanvre et feuille végétale. Fond : mousse, vanille, encens et Patchouli. Intriguant ? Oui !
Galerie l’arbre du monde 1 rue Honoré Clair 13200 Arles. T : 0661601270

jj-peet-3Inspiré, il est l’heure de partir à la dérive. Une ruelle puis deux et trois. Les vitrines d’une petite galerie est recouverte de plastique noire. Elle fait le coin. Arrêt. Sorcery scanner nous parle de Times collector, les dispositifs de surveillance généralisée dans l’espace public que sont les caméras. Quotidien invisible à nos yeux. Pour JJ Peet, téléphones et appareils photos individuels sont devenus à l’ère du net, des instruments d’auto-contrôle, d’auto-surveillance. Nous serions donc nos propres geôliers. Otage de la nécessité absolue de tout afficher sur un écran, une image. L’œil du pouvoir de Michel Foucault. Une guillotine tranche les oiseaux de malheur, que sont ses appareils photos. Il les fend en deux, et les exposent dans un recoin de la vitrine noire ! Une femme prend la scène en photo. Mise en abime d’un instant de création qui refuse d’être figé. Il s’empare de son téléphone et le guillotine à son tour, puis lui offre en échange une tasse Proxi cup, faites de terre et de feu. Rien ne doit rester de cet instant, tout doit se vivre maintenant, intensément. Au mur, des objets pour le moins hétéroclites. Un appareil photo en terre incapable de capturer le temps. Discrètement je sors le mien, et prend le risque de passer à la guillotine pour savoir à quoi ressemble réellement JJ Peet.
Galerie Quatre. 67, rue du quatre septembre, 13200 Arles galeriequatre@immediats.fr 06 09 75 lvmh-guide-arles36 50 | Laurent Bourderon www.immediats.fr

Retrouver un monde harmonieux. Compenser la violence évocatrice de la guillotine de JJ Peet. Là ou tout n’est que luxe calme et volupté. L’application des rencontres d’Arles Louis Vuitton guide nos pas au lancement de leur guide bleu. Tout y est pour qui sait aimer chercher. Un guide papier pour les curieux. Vernissage. La fontaine de Roederer nous ferait presque oublier la moiteur estivale. Les esprits s’assouplissent, les bulles prolifèrent, et les sourires abondent. Qu’il est doux le monde harmonieux de Louis Vuitton.
Librairie Harmonia Mundi Ancienne route de Saint Gilles. 13200 Arles.

gilbert-et-georges-3Ici, tout n’est que photo, tandis que la tour Frank Gehri, amasse fer martelé, verre et béton armé. Arêtes aiguisées, tranchantes prennent le risque probable d’une gentrification rampante à venir. Un phare. 56 mètres s’érigeant au gré du vent et des désirs de l’empire Hoffman. A ses pieds les Ateliers. Gilbert et Georges. Faire de sa vie une œuvre d’art, et l’exposer en grand, en très grand même aux yeux de tous. Nus, habillés. Sexes au vent. Anus exhibés. Provocateurs surement. Couleurs vives parfois criantes. Aujourd’hui adulés, autrefois honnis, bannis, ignorés, critiqués, rejetés. 50 ans de création dans un espace géant. Leur manifeste parle pour eux. Nous voulons que notre art s’adresse, par delà les barrières de la connaissance, à la vie des gens et non à leur connaissance des arts. Leur mur de FUCK semble infini. FUCK FUCK HURRAH. FUCK REVIVAL. FUCKING LADIES. FUCKERS VIEW. FUCKERS HAVE FEELINGS. ETC.
Exposition Gilbert et Georges. Parc des ateliers SNCF. 33 avenue Victor Hugo 13200 Arles.

Se sustanter aussi. Epicerie du cloître. De l’ombre. Assis. Philippine la serveuse ne boit jamais d’alcool. Nous, oui. Rosé frais grisé, domaine de Triennes 2017. Vigne vierge. Conserves de grande qualité gustative. Thon, poireau et tapenade. Sardinas en aceite de Oliva de chez Jean Lorenzo. Fromages et huile d’olive de région. Laisser la brise caresser nos visages souriants.
Epicerie du cloître 22 rue du Cloître 13200 Arles 0488091010

Reprendre la marche. Nos jambes, toujours plus loin, tant qu’il y aura de l’eau. Fraîche si possible. Déambulation onirique, colorée et musicale. Expérience immersive unique. Nous sommes dans un univers de pixels, une forêt. Au centre d’un écran explosé. Pipilotti Rist nous y emmène au rythme des changements de couleur des 3000 LED, et des musiques d’Anders Guggisberg et Heinz Rohrer. Envoutant.
La grande Halle Parc des ateliers SNCF 33 avenue Victor Hugo 13200 Arles.

olivier-blanckart-4Marcher et marcher encore sous un soleil de plomb, aller à la rencontre de l’autre. Les Rencontres d’Arles. Marcher comme ces migrants pris par Frédéric Delangle et Ambroise Tézénas. Des sneakers comme Jay-Z. Comprendre ce qui se passe lors de la distribution des vêtements dans le centre d’accueil de la Chapelle. Association Utopia 56, Emmaus aussi. Aiment-ils mettre nos guenilles ? Recherchent-ils la paire d’Air Max qui pourrait se trouver dans le fond d’un carton. Photos et paroles de migrants pour nous rapprocher de ceux qui viennent de loin, de très loin même. Bashir. J’ai 20 ans, je viens de Somalie. J’aime ces habits… J’aime m’habiller comme un américain. En Somalie on ne s’habille pas aussi serré, vous savez on met des habits plus larges. Ma famille n’aimerait pas trop me voir habillé comme ça. Ils trouveraient ça trop près du corps. En France, je suis libre de m’habiller comme je veux. Changement de salle. S’habiller en un autre. L’imiter. Avoir plusieurs visages. Se travestir en noir et blanc. Se fondre. Olivier Blanckart est aussi Jean-Paul Sartre, Emlr Kusturica, Renaud, David Lynch, Tim Burton. Parce qu’il est lui, et puis certainement tous les autres aussi.
Magasin électrique Parc des ateliers SNCF 33 avenue Victor Hugo 13200 Arles.

adel-abdessemed-3Adel Abdessemed exhibe un cheval grandeur nature blanc qui rue devant nous. Figé Adel pose en feu dans sa rue. Adel demande à Kamel Mennour de poser en femme toujours dans sa rue, et Kamel le fait, talons, et rouge à lèvres inclus. Forfait femme. Derrière une vitre la statue blanche de Kim Phuc, 9 ans. 8 juin 1972. Vietnam. Elle court, elle crie. C’est trop chaud, c’est trop chaud. Le déluge de napalm vient de tomber. Le photographe Nick Ut a immortalisé l’instant, n’en déplaise à JJ Peet, tandis qu’Adel nous la rend en 3D. Guerre, violence, et bien au delà du principe de plaisir.
Espace Croisière 65 boulevard Emile Combes 13200 Arles

L’âpreté du réel peut être contournée, évitée, oubliée. Des lunettes 3D sur les yeux. Des manettes en main. Retrouver le Petit prince sur une de ses planètes. Voir le Renard, se faufiler entre nos jambes au milieu des herbes folles. Piloter l’avion de Saint Exupéry, la main sur le manche en bois. Regarder le Petit Prince assis tout tranquillement sur une des ailes, son écharpe au vent. Moment de grâce et d’enfance retrouvée. Ne plus jamais enlever ce casque. Possible, vous pensez ? Réalisation Julie Bares et Grégoire Gobbi. Prod Red Accent 15 mn. 2017.
VR Festival Couvent Saint Césaire. Impasse de Mourgues.13200 Arles.

visuels : cyril montana