Wonder Woman au coeur de scandales

14 juin 2017 Par
Donia Ismail
| 0 commentaires

Le film de Patty Jenkins connaît un succès retentissant aux États-Unis malgré la vague de polémiques qui l’entourent.

350974

Avec un premier rôle féminin et une réalisatrice, Patty Jenkins, à sa tête, Wonder Woman réalise le plus gros succès au box-office outre-atlantique en franchissant, en un temps record, la barre symbolique des 100 millions de dollars de recettes dès sa sortie.
Si le blockbuster dont Gal Gadot est l’actrice principale a suscité un véritable raz-de-marée aux États-Unis, il ne se cesse de multiplier les polémiques.

Des posts sur Facebook de l’actrice de 32 ans ont provoqué la colère de certains pays arabes. Suite à son service militaire obligatoire de deux ans, Gal Gadot s’est illustrée au sein de l’armée israélienne. La raison du courroux de ces pays remonte à 2014, lorsque l’actrice avait affiché son soutien publique à l’armée israélienne, en pleine Guerre de Gaza.
Ces dires ont lancé un véritable appel au boycott massif de ce film dans les salles des pays arabes. Le Liban, qui entretient des relations tendues avec son voisin, a tout simplement interdit la diffusion du blockbuster américain sur l’ensemble du pays.
Si la qualification de « censure » est clairement revendiquée par certains pays, d’autres évoquent de simples problèmes « administratifs » ou  de « procédures ». C’est le cas de la Tunisie, où devait se tenir l’avant-première du film. Le ministère de la Culture a assuré qu’il s’agissait d’une « affaire purement administrative » puisque « l’obtention d’un visa d’exploitation requiert un délai de huit jours » et que leur demande avait été « déposée il y a deux jours seulement ». Dans un communiqué, le parti Al-Chaab s’est félicité de cette suspension. « Il faut poursuivre la mobilisation sur ce type d’affaire, comme sur tout ce qui touche à la normalisation avec l’entité sioniste », a-t-il ajouté.

Une projection réservée aux femmes

À Austin, Texas, une séance de Wonder Woman strictement réservée aux femmes a suscité une réelle controverse sur les réseaux sociaux. Des internautes se sont insurgés au motif de « sexisme à l’envers ». Certains appellent, ironiquement, à ce que des séances du prochain Spider-Man soient réservées aux hommes.

Malgré ces accusations, l’initiative a reçu des soutiens du monde du 7ème Art mais aussi des militants du droit des femmes. La totalité des bénéfices des entrées – qui se sont vendues en un temps record – sera reversée au Planning familial, clairement menacé par Donald Trump. Au vu de l’enthousiasme de cette séance, quatre autres, toujours strictement réservées aux femmes, ont vu le jour.

Le déferlement de polémiques ne s’arrête pas là. Une découverte qui sonne plutôt faux a amusé les médias. Il semblerait que l’un des producteurs du film soit en réalité… Le secrétaire du Trésor américain – l’équivalent de notre ministre des Finances, Steven Mnuchin. Cette nouvelle prête à rire, connaissant le machisme du gouvernement Donald Trump.


LAISSEZ UN COMMENTAIRE VIA FACEBOOK:

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *