Restaurants & Bars
[Reportage] Apéro Bordeaux Expériences au Très (chic) Honoré : In vino veritas

[Reportage] Apéro Bordeaux Expériences au Très (chic) Honoré : In vino veritas

06 novembre 2013 | PAR Idir Benard


Le 5 novembre, ce rendez-vous urbain de la découverte de tous les vins de Bordeaux a réussi son pari de créer des soirées originales et innovantes. Regroupement inattendu et convivial rassemblant passionnés comme néophytes dans une ambiance bon-enfant, c’était le dernier évènement parisien de la saison. Wine and fun, retour sur les miracles du polyphénol.

IMG_3243_dev

Quartier de l’Opéra, 21 heures. Les grandes avenues, bordées des immeubles haussmaniens accueillant les plus grandes banques et les plus grands cabinets d’avocats, sont presque vides. Alors que le crachin perpétuel arrose le froid bitume, une clameur vive provenant de la place du Marché Saint Honoré vient réchauffer les cœurs :  bordée d’une dizaine de cafés, c’est une oasis dans ce quartier d’affaires.

L’un d’entre eux en particulier, le Très Honoré, accueille, avec une terrasse pleine à craquer, le dernier événement parisien des Apéro Bordeaux Expériences axés sur la dégustation de vin. Mais tout se passe au sous-sol, et le ton est donné : qualité et exigence. A cet égard, la première marque de qualité se perçoit à travers l’ambiance musicale. Dans une ambiance feutrée, le DJ mixe son set deep house que des instruments live viennent compléter : saxo, synthétiseur et basse. Cela donne une touche d’originalité au cadre et la dégustation des vins s’annonce prometteuse. Mais pour Marc-Antoine, de l’agence Matuvu, qui organise l’évènement, ce qui est en jeu, c’est plus que de la dégustation.

L’objectif est en outre de montrer que “le vin de Bordeaux, ce n’est pas que la bouteille de rouge à papa qui coûte 100 euros. C’est aussi 4 couleurs de vins et de la qualité à des prix très abordables”. En clair, décomplexer le vin de Bordeaux qui souffre, à juste titre, d’un complexe de supériorité. Vins issus de la combinaison technique de plusieurs cépages, les Bordeaux ont en effet de quoi impressionner par leur texture et leur complexité. Face à ce monument de la gastronomie française, le principe  de la transmission est simple : la ludo-pédagogie. Chaque participant se voit remettre un passeport par la très sérieuse Ambassade des Vins de Bordeaux, le but étant de se familiariser aux différents vins de bordeaux, rouges, blancs, rosés et liquoreux, à travers différents ateliers de découverte. Des Wine Coach sont en effet chargés d’explorer la composition des vins avec les personnes qui se présentent à elles. Pour être plus juste dans le propos, ne parlons pas de personnes, qui s’avère à cet égard être trop impersonnel. Appelons-les plutôt “hédonistes”. Car c’est l’une des clés de la réussite de cet apéro, qui baigne dans la convivialité.IMG_3131_dev

Pour Jacques, blogger spécialisé dans le vin, son dicton est simple : “jouir et faire jouir”. Au croisement du vin, de la musique et de l’art, il prône l’extension du domaine du vin, c’est à dire que le vin est vu comme un excellent moyen de générer “un peu de douceur, de convivialité, de plaisir partagé dans ce monde de brutes”. Pour Nicolas, blogger chez artwinefood, et pour qui le vin fait partie de son histoire personnelle, c’est la même démarche. Alors qu’on apporte de belles assiettes de saumon en gravelax accompagné de tarama légèrement aromatisé aux truffes, il partage ce qui lui tient à coeur : l’éthique dans la vinification, qui est une exigence non négociable. L’objectif est de promouvoir cette ligne de conduite à travers une approche pluridisciplinaire, entre art contemporain et gastronomie. Professeur d’informatique au CNAM et conseiller juridique en informatique, il troque son ordinateur contre un verre de vin dans la soirée pour continuer à vivre sa passion. Et en effet il y a de quoi être passionné, les vins sont tout simplement succulents. Servie dans des verres tulipe sans pieds, gage de simplicité, mais assez larges pour qu’on puisse y plonger son nez afin de se laisser surprendre par l’incroyable technicité aromatique des vins qui sont proposés, cette ambroisie uvale étonne à bien des égards.

Par exemple le Sainte-Foy, boisé et charpenté, au merlot dominant, rappelle la violette et la mûre. Le château Margaux, grand cru classé du Haut Médoc, annonce quant à lui une délicatesse soulignée par des arômes fruités d’une grande finesse. Tannique mais généreux, élégant et suave, il s’impose comme un fidèle compagnon de soirée. Ainsi, tradition et exigence sont de mise, mais sans oublier pour autant de mobiliser les avantages que les nouvelles technologies offrent. Marc Antoine parle “d’aventure numérique qui n’oublie pas le côté humain”, l’objectif étant au final de convier tout le monde afin d’avoir les profils les plus hétérogènes possibles. Une grande partie des participants a été en effet mobilisée par le truchement des réseaux sociaux, et notamment les personnages centraux de cet apéro, les viticulteurs, qui viennent faire par de leur expérience de terrain.

800px-In_vino_veritasBenoît, ex-financier chez Natixis, accroche au concept. “c’est vraiment sympa de pouvoir apprécier des vins agréables à des prix abordables. Et le lieu est juste super bien décoré. A chaque fois, c’est vraiment satisfaisant”. Justement, pour les propriétaires du Très Honoré, l’objectif est de créer une alternative aux boîtes de nuit, et tout est fait pour plaire. Avec une déco alignée au panache de la clientèle, le principe, c’est de “proposer une version différente d’une soirée
différente. Pas le jeudi, mais le mardi. Pas de vodka, mais du vin”
. C’est tout naturellement qu’ils accueillent donc cet Apéro Bordeaux Expériences, dernier d’une longue liste. Le vin s’avère donc être un ingrédient de référence pour une soirée réussie. Ce n’est pas un hasard si depuis Pline l’ancien il jouit d’un culte, perpétué par les penseurs humanistes de la Renaissance. C’est donc malheureusement le dernier évènement parisien, et tandis que l’on monte fumer une cigarette, un jeu de mot assez drôle circule dans la foule en cette fin de soirée : “la soirée? vin sur vin”. Bordeaux Expérience, à consommer sans modération : rendez-vous en 2014 pour un cru encore meilleur.

Crédit Photo : (c) Agence Matuvu, in vino veritas, château de Pommard, wikimédia France

Infos pratiques

La lucarne, le brillant roman oublié de José Saramago
Dites adieu aux problèmes de peaux fragiles !
Idir Benard
Passionné par les nouvelles technologies, la cyberculture et les visionnaires de tout poil, il écrit un mémoire à l'EHESS sur le transhumanisme et la science fiction. Interrogateur du genre humain, en chemin hors de la caverne de Platon. Bon vivant, ne se prive pas de couvrir des évènements sympas en tout genre, qu'il y ait du vin, du dupstep ou de l'art. Fan des dessins animés des années 90 (Tintin, Dragon Ball Z) et des jeux old school (mégadrive en particulier)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *