Mode
La sélection du mardi : décalcomanies éphémères et sensations tatouées

La sélection du mardi : décalcomanies éphémères et sensations tatouées

23 juillet 2013 | PAR Mariska Konkoly

bernardforeverL’idée d’une seconde peau parcourue d’œuvres d’arts, dessinant des arabesques et des étendards qui délivrent à demi-mots des impressions de la personnalité, tente les tendances de la gravure moderne. Mais cette signature à perpétuité de mots tatoués se détourne avec frivolité et fait apparaître l’idée d’une sensation plus temporaire qui changerait à la mesure de l’instantané. 

Apostrophe marine. Vue sur Kate Moss et autres it-girls, la discrétion s’offre en ode du tatouage caché souvent au creux du poignet où il s’inspire de symboles. Un signe distinctif qui s’expose comme un secret et s’appelle alors ancre marinière, petits oiseaux de mer ou nœud de bateau. Pour les accros du calque particulier, Bernard Forever s’offre en griffe parfaite du dessin temporaire et joliment imagé, une référence disons presque absolue en matière de tatouage éphémère !

TattlyRockabilly. Et décalcomanies de morts souriantes, drapeaux de pirates et autres signes dark s’initient sur la vague de la rock attitude à demi-mots. Loin de se décider pour un dragon géant dans le dos, avant de signer on opte pour la métaphore mortuaire version transitoire. Chez le made in US, Tattly offre une gamme artistique sans aucune mesure, l’imaginaire sans limite s’étire alors sur les bras, les épaules découvertes et autres morceaux de peau manifestes. Un monde merveilleux du tatouage très « hypement » plastique !

Poussières particulières. Signification ou envie de petits brillants de princesse, étoiles et paillettes parcourent aussi les détails imprimés. A l’heure où l’été tape ses plus forts degrés, l’idée de papilloner sur ses traits de précaires accessoires travaillés semble se profiler. Bourjois nous offre une sélection qui nous fait retomber dans les joies absolues du Malabar et de ses surprises à décalquer ! Un choix étendu de moustaches, d’étoiles et de bracelets au gré de notre désir de changer.

Visuel (c) : Bernard Forever et Tattly.

66ème festival de Locarno : la sélection
Rudolph Herzog, Rire et Résistance. Humour sous le IIIème Reich
Mariska Konkoly

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture