Le Buzz
Le premier selfie de l’histoire date t-il de 1839?

Le premier selfie de l’histoire date t-il de 1839?

25 avril 2014 | PAR Alice Aigrain

Le selfie est la nouvelle pratique photographique qui envahit le monde et en dit long sur nos rapports à la photo. Les historiens de l’art commencent à considérer la question, les sociologues en font des études. Bref ce geste insignifiant de l’autoportrait photographique prend une valeur sociologique.

L’Oxford Dictionnary a fait de « selfie » le mot de l’année 2013, montrant l’importance du phénomène. Les québéquois ont dernièrement cherché la meilleure manière de traduire en français le mot « selfie ». Ils sont tombés d’accord pour le mot « autophoto » ou « egoportrait » afin d’appuyer sur le caractère narcissique de la pratique, caractéristique omniprésente aux vues des 200 selfies qui ornent parfois les photos de profils d’adolescentes.

Nouvelle étape, Distractify et le Huffington Post ont qualifié le premier autoportrait de l’histoire de la photographie, datant de 1839 de « selfie ». Ce n’est pas une découverte, juste un changement de paradigme par l’apposition de ce petit mot du XXIe siècle. L’homme sur la photographie c’est Robert Cornelius, l’un des premiers américains à avoir fait l’acquisition du daguerréotype l’année de sa sortie. Il en perfectionne la technique et devient célèbre avec ce portrait, qui est la première photographie connue d’un être humain : lui. Au dos de la photographie, est inscrit « The first light picture ever taken » il semble désormais que la surprise ne soit plus que ce soit la première image faite par la lumière mais « the first selfie ever taken ».

Voici donc l’une des premières pratiques de l’appareil photographique dans l’histoire : avoir une image de soi, figée, à jamais. A la sortie du daguerréotype, le portrait était la prochaine amélioration à atteindre. François Arago quand il défend l’invention devant l’Académie des Sciences en 1839 dit même espérer qu’on puisse bientôt faire des portraits avec le daguerréotype. C’est donc chose faite avec Robert Cornélius. Pourtant il fallait le vouloir son selfie à une époque où le temps de pose – même dans la version améliorée de Cornélius – oscillait entre 2 minutes et un quart d’heure. De quoi avoir de sacrées crampes…

Visuel : (c) Huffigton Post

Paris couche-toi là! de Camille Emmanuelle et Fred Bernard
[Live report] L’Orchestre de Paris & Nicolas Angelich jouent Brahms : du caractère, de la présence et de la prestance
Alice Aigrain
Contact : [email protected] www.poumonsvoyageurs.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *