Le Buzz

Facebook censure les artistes de Seppuko.com

08 janvier 2010 | PAR La Rédaction

Malgré tous les efforts du leader incontesté du réseau social, la nouvelle fait grand bruit sur le Web. Le collectif d’artistes les liens invisbles  a conçu une application Facebook permettant aux utilisateurs de commettre un suicide virtuel. L’application Seppukoo  connaît un certain succès lorsque Facebook décide de la désactiver, et de censurer toute citation de son nom à l’intérieur du réseau. Retour sur un acte de censure sans équivoque.

seppukoo-samouraiTout commence lorsque fin novembre, Les Liens invisibles, un collectif imaginaire d’artistes italiens emmenés par Clemente Pestelli et Gionatan Quintini, qui mène une forme d’agit-prob sur le Web, lance une nouvelle application Facebook : Seppukoo. Seppukoo en japonais signifie « s’éventrer », et désigne une forme traditionnelle de suicide. L’idée des artistes est assez simple : démontrer que la dynamique virale des réseaux sociaux n’est en aucune manière une garantie d’éthique. Les artistes déploient alors l’univers de Seppukoo sur un site Internet dédié, au graphisme mélant les typographies de Facebook et iconographie japonaise, et une application qui permet à chaque utilisateur de suicider son profil Facebook. L’application permet notamment l’envoi d’un mot d’adieu à ses amis, et réalise automatiquement la transformation du profil en une page mémoriale.

La dynamique virale est fondée sur un principe simple : plus vos amis se suicident, plus vous gagnez de points, et mieux vous êtes classés au concours mondial Seppukoo. Et ça marche ! En un mois le groupe d’artistes revendique 300 000 propositions de suicides pour plus de 20 000 suicides numériques effectifs. Terrifiant ? Rien de cela, Seppukoo précise qu’une fois mort sur Facebook, vous pouvez revenir à la vie en deux clics de souris. Bien que tragique, l’application reste une farce, chargée de démontrer la virtualité et l’inconsistance morale d’un outil, aussi pratique soit-il.

Mais au bout de quelques jours, Facebook s’est inquiété, énervé même. Tout d’abord, dès la mi-décembre, Facebook bloque le fonctionnement de l’application : plus moyen de recourir au suicide numérique automatisé. Mais Facebook est allé plus loin : il n’est plus possible aujourd’hui de parler de Seppukoo à travers le réseau social. Quiconque essaie de faire référence à Seppukoo dans ses messages se bloque par une alerte : « Certains contenus de ce message ont été signalés comme abusifs par les utilisateurs Facebook ».

facebook-censure

La censure des artistes est donc bel et bien à l’œuvre. Ajoutons que Facebook a fait savoir qu’il étudiait l’éventualité d’une procédure contre le collectif, pour atteinte aux données personnelles : ironie ?

Pendant ce temps, dans le monde bien réel, la censure des suicides est une question brûlante : Parmi les objectifs de la Stasi en RDA, et dans les pratiques quotidiennes de l’ex union-soviétique, passer sous silence le chiffre des suicides est aujourd’hui une question posée aux entreprises. Que Facebook, malgré la distance qui le sépare de ces univers difficiles, retrouve avec une si grande rapidité ces réflexes autoritaires, démontre bien que le phénomène « réseau social » n’est aucunement une garantie d’éthique.

A lire :
Interview d’un artiste sur Le Post  et L’histoire vue du Web par ZDnet

Emmanuel Niddam

Jacques Dutronc de retour sur scène
Mobile Film Festival : les votes sont ouverts jusqu’au 25 janvier!
La Rédaction

3 thoughts on “Facebook censure les artistes de Seppuko.com”

Commentaire(s)

  • kevin

    salut. bon personne n’à jamais dit que Facebook était éthique. et puis Facebook est une entreprise, même pass un organe de presse. ce qui s’y dit ou non n’est même pas de la censure à mes yeux. c’est juste une entreprise qui édicte ses propres règles de fonctionnement interne, selon ses objectifs commerciaux. …. pire que la censure : le cynisme capitaliste !

    janvier 10, 2010 at 16 h 17 min
  • Amelie Blaustein Niddam

    Merci Kevin,
    Ce que signale Emmanuel Niddam c’est l’interdiction de taper le mot dans son statut, ce qui ressemble à de la censure à s’y méprendre.
    Merci pour votre commentaire qui pique!

    janvier 11, 2010 at 20 h 29 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *