Théâtre

Une médium maestro au festival Mesure pour Mesure

Une médium maestro au festival Mesure pour Mesure

06 décembre 2018 | PAR Gabrielle Degeorge

Inspiré par l’histoire improbable d’une ménagère londonienne des années 70 aux talents de médium, Thom Luz met en scène un spectacle ésotérique et énigmatique.

Thom Luz, jeune metteur en scène suisse, a présenté dans le cadre du festival Mesure pour Mesure son spectacle When I die – A ghost story with music au Nouveau théâtre de Montreuil.

Cette pièce met en scène l’histoire de Rosemary Brown, londonienne aux dons de spiritualistes qui retranscrit dans les années 70 plusieurs partitions de compositeurs tels que Beethoven, Chopin ou Schubert qui venaient lui rendre visite et lui dictaient leurs œuvres posthumes. Cette veuve modeste écrit donc fidèlement ces parties musicales, dont douze lieders de Schubert et les dixième et onzième symphonies de Beethoven (rien que ça!).

Thom Luz avait déjà auparavant mêlé dans son travail les mondes du théâtre et de la musique. Il le fait ici avec subtilité – la musique ne fait pas qu’accompagner les dialogues, elle devient un personnage à part entière sur la scène. A travers des bribes de mélodies, des refrains chantonnées, la musique tient un rôle aussi important que les dialogues entre les acteurs. Leur langage est d’ailleurs fracturé : chacun incarne différents personnages à la suite et ils oscillent constamment entre le français, l’allemand et l’anglais. La musique, au contraire, communique quelque chose de plus palpable, une émotion et une ambiance singulière.

Thom Luz crée ainsi dans ce spectacle un monde fantasmagorique. Le décor est sobre, mais reste toujours inventif. Les pianos et les mobiliers des années 70 se déplacent et les acteurs utilisent pleinement les possibilités de la scène.

A travers cette histoire, Thom Luz s’interroge sur plusieurs thèmes, notamment la solitude dans la vie de cette veuve, uniquement entourée de ces compositeurs défunts et constamment à cheval entre le monde des vivants et celui des morts. La pièce pose des questions intéressantes, bien sûr sur la vie après la mort. Cependant, au-delà de la signification littérale de la pièce, celle-ci propose aussi une réflexion sur le processus de création: le spectateur est témoin de l’acte d’écriture de la musique, on entend les bribes de mélodies qui viennent à l’esprit de Rosemary Brown, soi-disant reçues des musiciens-esprits, et qu’elle répète jusqu’à trouver la mélodie juste et créer une composition.

Le spectacle When I die est une expérience originale qui vaut le coup d’être vécue.

Informations pratiques :

Le festival Murmure se déroule jusqu’au 16 décembre au Nouveau théâtre de Montreuil : trouvez toutes les informations ici.

Thom Luz présentera en janvier sa prochaine création Léonce et Léna au théâtre des Amandiers.

 

Visuel: © Reto Schmid

The Rise of the Phoenixes: l’éblouissante série médiévale en mandarin de Netflix
LOVE, LOVE, LOVE De : Mike Bartlett Mise en scène : Nora Granovsky au Théâtre de Belleville
Gabrielle Degeorge

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *