Spectacles
Thomas Quillardet adapte « L’Arbre, le maire et la médiathèque »

Thomas Quillardet adapte « L’Arbre, le maire et la médiathèque »

06 juin 2021 | PAR Julia Wahl

Après Où les cœurs s’éprennent, adapté du Rayon vert et des Nuits de la pleine lune en 2016, Thomas Quillardet adapte L’Arbre, le maire et la médiathèque, dans une pièce du même nom. Petit détour par Vincennes et son Parc floral, où le Théâtre de la Tempête proposait ce week-end de découvrir cette adaptation de Rohmer.

Il faut sauver l’arbre centenaire

On connaît l’argument : Julien Dechaumes, maire de Saint-Juire en Vendée, vient d’obtenir du Ministère de la Culture une subvention lui permettant de rêver à un ambitieux centre culturel et sportif pour sa petite commune. Trop ambitieux pensent certains, qui craignent que le complexe ne défigure le village. Au premier rang de ses adversaires, Marc Rossignol, l’instituteur du village, qui se bat pour la survie d’un arbre centenaire que le projet risque de déraciner. Aussi le film de Rohmer accorde-t-il la part belle aux joutes qui opposent partisans et contempteurs du projet.

Des joutes et du rire

La réussite première de l’adaptation de Thomas Quillardet est d’avoir conservé la dimension agonistique du film tout en soulignant son caractère comique. L’essentiel des dialogues de la pièce sont ainsi, au mot près, ceux de Rohmer : de la fascination naïve et un rien surfaite de Bérénice Beauregard/Malvina Plégat (qui s’extasie devant un plant de salades parce que les laitues ne sont pas sous cellophane) aux vociférations théâtrales de Marc Rossignol/Fabrice Luchini/Florent Cheippe, tout y est, et les acteurs s’approprient ces textes avec bonheur.

Du comique de caractère

C’est donc en grande partie dans les costumes et la direction d’acteurs que Quillardet trouve sa singularité : si les tirades grandiloquentes de Marc Rossignol, alias Florent Cheippe, font penser à celles de Luchini, les professions de foi de Julien Dechaume s’éloignent du personnage source. En effet, alors que, dans le film de Rohmer, Pascal Greggory était revêtu d’un habit de chatelain faussement proche de « ses gens », Guillaume Laloux, avec son costume-cravate noir et ses cheveux gominés, suggère dès le début du spectacle un élu distant et intriguant. Surtout, quand le premier, contenant ses émotions, s’exprimait d’une voix égale, le second se laisse souvent submerger par des sentiments peu avouables. Colère, pleurs… Le personnage de Julien Dechaume devient un personnage ridicule, dont le public prend plaisir à se moquer.

De la légèreté

En une quarantaine de minutes, Thomas Quillardet parvient ainsi à rendre compte des principaux enjeux du film, de près de deux heures, d’Eric Rohmer et, grâce à ce comique de caractère, donne au spectacle un allure plus primesautière encore que les films du modèle. Désertification des campagnes, intrigues politiques… les grands sujets de société sont abordés de front, avec un air de pas y toucher.

Une légèreté qui s’inscrit d’ailleurs dans son espace : le spectacle a été pensé pour du plein air et la représentation de ce dimanche avait lieu sous les arbres du Bois de Vincennes.

Les représentations de cet été auront lieu aux lieux et festivals suivants :

2 juillet : Festival d’été de Chateauvallon – Scène nationale

7 juillet : Festival Par Has’art – Noisiel

9 juillet : Théâtre de Chelles – Parc des souvenirs

17 juillet : Le Moulin du Roc – Scène nationale de Niort

24 juillet : Lieux publics – Marseille – Parc de l’Oasis

19 au 21 août : Eclat-Les Rencontres – Aurillac

La playlist du cauchemar des jours heureux
Aki Shimazaki : Sémi, Ou la tendresse comme remède à la maladie d’Alzheimer
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture