Fictions
Aki Shimazaki : Sémi, Ou la tendresse comme remède à la maladie d’Alzheimer

Aki Shimazaki : Sémi, Ou la tendresse comme remède à la maladie d’Alzheimer

07 juin 2021 | PAR Jean-Marie Chamouard

La vie de Tetsuo et de Fujiko Niré est bouleversée par l’amnésie de Fujiko qui souffre de la maladie d’Alzheimer. Aki Shimazaki a écrit une magnifique histoire d’amour tendre qui permettra au couple de se retrouver, malgré tout.

Ce matin là, au réveil, Tetsuo est fort surpris : son épouse Fujiko n’est plus à ses cotés. Le couple vit en maison de retraite car Fujiko est atteinte d’une maladie d’Alzheimer. Depuis ce jour là, elle ne considère plus Tetsuo comme son mari, mais elle veut bien qu’il soit son fiancé .Elle le trouve d’ailleurs « très gentil ». Tetsuo est d’abord choqué puis joue le jeu. Alors que Fujiko a oublié toute sa vie de femme mariée, Tetsuo repense à son passé. Il était trop réservé, peu conscient de ses difficultés conjugales et Fujiko n’a pas toujours été heureuse. Mais comme s’il voulait saisir une deuxième chance il se montre très intentionné vis-à-vis de sa « fiancée ». La situation serait presque romantique, comme une promesse de renouveau. Mais lors d’un concert à la résidence, l’audition du vingtième Nocturne de Chopin émut particulièrement Fujiko et ravive des souvenirs lointains. Elle révèle alors un secret de famille… un secret douloureux et déstabilisant pour son époux.

Aki Shimazaki est une écrivaine d’origine japonaise qui vit à Montréal et écrit en Français. « Semi » signifie cigale en japonais et c’est le titre de la chanson que composa Fujiko en quittant son village natal pour se marier. La description de la maladie d’Alzheimer est subtile, véridique : l’auteure décrit bien l’amnésie sélective, les fabulations, les fausses reconnaissances les taches répétitives, la conservation de la mémoire musicale. Le livre est emprunt de délicatesse de finesse, de tendresse. Le confort de la maison de retraite, la gentillesse de l’infirmière, la douceur des paysages sont rassurants. La musique joue un rôle important avec le nocturne de Chopin au cœur du roman, le concerto pour guitare de Rodrigo joué par son fils et le chant des cigales, ces cigales que Fujiko aime tant.
Dans ce récit Aki Shimazaki a pu sublimer une histoire triste grâce à une ineffable poésie. C’est très touchant.

Aki Shimazaki : Sémi, Actes Sud, 152 pages, 15 euros, sortie en Mai 2021.
visuel : couverture du livre

Thomas Quillardet adapte « L’Arbre, le maire et la médiathèque »
Cinédanse : La Argentinita vue par Marius de Zayas
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture