Théâtre
Pascal Rambert et Marina Hands ouvrent le Théâtre 14

Pascal Rambert et Marina Hands ouvrent le Théâtre 14

21 janvier 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

C’est l’une des plus belles nouvelles de 2020, le théâtre 14 a ouvert ses portes avec une nouvelle direction dont l’exigence a été actée dès hier soir.

Mathieu Touzé et Édouard Chapot étaient plus qu’émus hier pour lancer leur première saison très axée sur le théâtre contemporain, engagé et puissant. Mathieu a partagé un vœux : celui de « sauver le Théâtre du divertissement ».

Ce sont 4 artistes associés, Estelle N’Tsendé, Océane Cairaty, Sephora Pondi, Yuming Hey et 15 spectacles qui viendront éclairer le monde, non plus en fait , « sauver le monde » !

Pour l’ouverture, trois soirs sous la coupe de Pascal Rambert. Trois pièces qui découpent l’amour. Le début, la fin et la réconciliation. L’occasion de rappeler que ce soir se donne LE tube théâtral Clôture de l’Amour, traduit en tant de langues, et joué partout, dans sa distribution reine : Stanislas Nordey et Audrey Bonnet. C’est complet, mais tentez la liste d’attente ! 

Hier soir, place au grand commencement avec Le début de l’A, et quel beau symbole d’ouvrir sur l’amour naissant ! Nous ne sommes pas chez Musset ici, et la langue de Rambert râpe, avale et recrache. L’amour ici est une passion qui nous rend fou, saisis par le manque viscéral de l’absent. Elle, c’est Marina Hands, marraine du Théâtre 14 et pensionnaire de la Comédie Française, lui c’est Pascal Rambert qui signait il y a peu, en ouverture du Festival d’Avignon et dans la Cour d’Honneur, un monument sur le langage, Architecture. 

Pour cette lecture, ils sont accompagnés par les riffs de Alexandre Meyer qui permet de rapprocher New-York et Paris. Car la ville pour Rambert « est un visage où je te reconnais ». Il insiste, inspiré, sur les noms des rues et des métros. Et, dans ce texte écrit il y a 20 ans,  il y a toute la fougue de l’amant et la maîtresse séparés. 

Après ces trois jours d’ouverture  (et il reste de la place pour Reconstitution le 22), la création viendra. Du 28 janvier au 8 février, Anne Théron mettra en scène Supervision, le texte de Sonia Chiambretto avec une distribution de rêve : Frédéric Fisbach, Julie Moreau et Adrien Serre.

Informations et réservations

 

Visuel : ABN

« Les Misérables » de Ladj Ly et « Parasite » de Bong Joon-ho élus meilleurs films par le Syndicat Français de la Critique de Cinéma
Pierre Stépanoff nous parle de l’exposition  » Jean Ranc – Un Montpelliérain à la cour des rois » au Musée Fabre
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *