Théâtre

Le soir de Noël en famille, quand les conventions éclatent… par le collectif Le Grand Cerf Bleu

Le soir de Noël en famille, quand les conventions éclatent… par le collectif Le Grand Cerf Bleu

07 décembre 2018 | PAR Jean Emmanuel P.

Pour leur deuxième création, intitulée « Jusqu’ici tout va bien », le collectif Le Grand Cerf Bleu s’attaque à un sujet de choix, le réveillon de Noël. C’est la réunion contrainte par excellence, où tout est supposé bien se passer, où on se doit d’être heureux en famille… Pas si simple, qui plus est, quand un inconnu frappe à la porte. Une pièce actuellement en tournée. Émotion garantie.

Reconnaissons-le. La première partie de la pièce n’est pas celle qui nous tient le plus en haleine… Pourtant les comédiens y mettent les formes : « mettez-vous à l’aise, faites comme chez vous, tout le monde se connaît ? ». Tout y est : les chants de Noël et le spectateur est invité à prendre un thé chaud à la cannelle avec des chocolats dans du papier doré. Mais on ne sait pas trop d’ailleurs quand le spectacle commence réellement. C’est d’ailleurs un peu la tendance du moment. Le spectateur sera d’ailleurs plusieurs fois sollicité ou interpellé durant la pièce.

On se trouve d’abord côté salon, où se jouent les représentations et où s’expriment les préjugés, où chacun essaie d’être à sa place, de faire bonne figure. Le fils accompagné par sa nouvelle compagne (dont on découvrira qu’elle est enceinte) et qui parle de sa réussite (dont on découvrira…), la grande-mère qui porte le deuil de son compagnon récemment disparu, la mère qui parle de son travail avec passion (d’une machine d’observation du ciel, dénommée Muse), le père qui se veut joyeux malgré la perte de son emploi, le fils cadet qui impose sa musique sa nouvelle passion… Tout semble propret et consensuel, sans réelles aspérités (si ce n’est la vraie fausse entrée de l’oncle), avec évidemment la photo de famille, la diffusion d’un film sur la petite Lolo (qui ne supporte pas qu’on l’appelle comme ça), et où s’installe progressivement une sorte de flottement… avant que ne débarque un inconnu… On fait désormais encore plus attention à ce qui se passe derrière la porte vitrée, côté cuisine. Car les choses ne tournent pas aussi ronds que côté salon. Une sorte de théâtre d’ombre, du théâtre dans le théâtre. On entendra même un coup de feu, pressentant un «  incident » , que l’on découvrira plus tard, durant la deuxième partie de la pièce.

C’est alors que le spectacle s’interrompt, que le décor se tourne et que la magie commence à s’opérer avec le renversement de la scène. Nous voilà désormais côté cuisine, où s’engage alors une « nouvelle pièce », en contrechamp de la première, plus intimiste souvent, tragi-comique parfois, moins café-théâtre sans doute, plus dense à n’en pas douter, avec des monologues intérieurs, une dinde qui flambe, une discussion dans un frigo, une douche dans l’évier, où surtout les fêlures qui apparaissent et se libèrent avec les mots avec… Le théâtre est à son comble avec un passage par tous les registres. Cette montée en puissance de la pièce se poursuit, pour aller crescendo, jusqu’au final que l’on ne racontera pas ici, mais qui se fait plus onirique avec une chute inattendue. Au total, un spectacle réussi, grâce à la fois à une belle mise en scène, des dialogues percutants et justes, et des profils d’acteurs bien campés dans leur rôle.

Distribution : de et mis en scène par Collectif Le Grand Cerf Bleu Laureline Le Bris-Cep, Gabriel Tur et Jean-Baptiste Tur. Avec Serge Avédikian, Coco Felgeirolles, Adrien Guiraud, Laureline Le Bris-Cep, Martine, Pascal, Juliette Prier, Gabriel Tur, et Jean-Baptiste Tur

En tournée : le 11 décembre 2018 – Theâtre de Chelles (77), 18 au 22 décembre 2018 – Le CENTQUATRE-PARIS (75), 5 avril 2019 – L’Eclat, Pont Audemer (27)…

Photo : © Simon Gosselin

Des lettres de Maurice Béjart vendues aux enchères
Armelle Marq, soprano : « j’aimerais chanter le rôle de Pamina dans La Flûte enchantée de Mozart » [Interview vidéo]
Jean Emmanuel P.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *