Théâtre

Enfance, le seul en scène de Martine Pascal d’après le roman de Nathalie Sarraute

10 janvier 2012 | PAR La Rédaction

La lumière vient sur le plateau, un bureau d’enfant, un tabouret, une chaise, un livre, une voix s’élève : « Alors, tu vas vraiment faire ça ? Évoquer tes souvenirs d’enfance…? » « Je suis incapable de faire mon autobiographie », déclare Nathalie Sarraute en 1979. Et pourtant… Ce texte paru en 1983 alors que l’auteur a 83 ans, écrit sous la forme d’un dialogue à deux voix, relate les souvenirs d’une enfance passée entre Paris, la Russie et la Suisse.

Auteur d’essais (Tropisme) ou de pièces (Pour un oui ou pour un non), Nathalie Sarraute (Ivanovo, 1900- Paris, 1999) est l’une des représentantes avec Alain Robbe-Grillet du Nouveau Roman, mouvement littéraire du XXe siècle qui repoussait les conventions du roman traditionnel comme la Nouvelle-Vague le faisait avec le cinéma classique. Enfance, nouveau roman dans lequel l’auteur rassemble des souvenirs de ses onze premières années, est une œuvre complexe entre autobiographie et essai littéraire. Cette complexité, créée par l’articulation en apparence décousue du récit, semblait rendre impossible toute adaptation sur scène en pièce de théâtre. Le défi est relevé avec succès par la comédienne Martine Pascal, fille de la grande comédienne de théâtre Gisèle Casadesus qu’on a pu voir au cinéma l’année dernière dans La tête en friche de Jean Becker avec Gérard Depardieu.

Passionnée par l’œuvre de Nathalie Sarraute, Martine Pascal a créé un seul en scène à partir d’un montage de textes extraits du roman ,qu’elle a joué au Théâtre du Rond Point dans une mise en scène de Simone Benmussa. Le spectateur peut maintenant redécouvrir cette adaptation à l’Atalante dans une nouvelle mise en scène signée Michel Ouimet. L’interprétation de la comédienne, pleine d’intériorité, emporte l’adhésion. Sa voix agréable et sa diction remarquable y sont pour beaucoup. Bien qu’il semble difficile pour quelqu’un qui n’a pas lu le roman, ou qui est resté perplexe à sa lecture, d’apprécier pleinement cette adaptation, cette mise en scène du re surgissement des souvenirs vaut le détour. La bonne idée est d’avoir respecté le dialogue à deux voix entre la romancière qui essaie de se remémorer son enfance et son double, qui semble être sa conscience, et la met en garde contre son possible excès d’interprétation ou l’aide à être plus précise concernant les dates des événements racontés. Nathalie Sarraute avait prêté sa propre voix à la voix-off quand la pièce se jouait au Rond-Point. C’est maintenant celle de Gisèle Casadesus qui incarne ce double de la romancière, interpellant ainsi devant nous sa propre fille. Cette nouvelle adaptation devient ainsi une belle entreprise familiale.

« Enfance » de Nathalie Sarraute, adaptation : Martine Pascal et Michel Cournot, mise en scène : Michel Ouimet. Avec Martine Pascal et la voix de Gisèle Casadesus – Durée du spectacle : 1h00

Crédit photo : Laurencine Lot

Alexis Pitallier

Henri Cartier-Bresson Paul Strand Mexique 1932-1934
Carte Blanche à Charlotte gainsbourg au MK2 Quai de Seine, rencontre le vendredi 13 janvier
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *