Théâtre
Emeline Bayart à la manœuvre pour un Feydeau drolatique et chantant.

Emeline Bayart à la manœuvre pour un Feydeau drolatique et chantant.

05 septembre 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Au théâtre de l’Atelier, Emeline Bayart regroupe ses talents et sa puissance comique pour un Feydeau qu’elle met en scène dans une version audacieuse et efficace qui rend hommage à l’auteur.  

La situation est délicieuse d’audace ; en 1910, Feydeau est à son apogée ; ce fils d’une femme galante Juive d’origine polonaise et qui finira sa vie dans un sanatorium où il soigne ses troubles psychiques suite à une syphilis contractée auprès d’une jeune travestie, vient de se séparer; sa plume est trempée dans l’acide ; il ose écrire une  aventure bourgeoise autour des selles et y porte un regard cruel sur les travers de ses contemporains, sur la vanité et sur l’appât du gain.

On Purge Bébé ! s’attaque à un thème universel qui n’a pas pris une ride, celui du couple bourgeois naviguant entre une crise conjugale latente et un sourd ennui du quotidien. L’intrigue est simple : c’est l’histoire de Toto, 7 ans. Son père reçoit un haut fonctionnaire du Ministère de la Guerre dans l’espoir de signer un important contrat pour équiper l’armée française en pots de chambre en céramique incassable. Ce jour-là, Toto, apparemment constipé, refuse de prendre sa purge malgré l’insistance de sa mère. 

L’audace de Feydeau brille et nous emporte dans la belle salle du théâtre de l’Atelier.  Emelyne Bayart, qui interprète Madame  Julie Follavoine, la mère – elle y est merveilleuse – met en scène. Elle  ressuscite l’équation complète du vaudeville ; elle nous restitue et l’époque, et la truculence des personnages et enfin la critique acerbe des mères possessives occupées plus qu’il ne se doit aux organes et viscères de leur bambin. 

Les deux talents de Emeline Bayart au service de Feydeau

Emeline Bayart a de la gouaille et de la grâce. En 2019, au service de Jean Louis Benoit dans Une demande de mariage elle extrayait chaque goutte du burlesque de son personnage.  Elle était irrésistible et truculente en une femme virile, colérique mais parfois alanguie. Dans On purge Bébé! elle a le génie d’ajouter des chansons d’époque. Ces chansons drôles à texte nous transportent dans le temps de Feydeau et nous font découvrir un talent supplémentaire de Emeline Bayart: le chant. La comédienne est formidable en cette mère hystérique, en peignoir, mules et collants sur les chevilles,  abandonnée à son intendance. Et lorsqu’elle chante, l’instant est magique. Les délicieuses interludes façon opérette participent au rythme essentiel à un bon Feydeau.

Le spectacle,  prix Laurent Terzieff du syndicat de la critique est une belle proposition pour cette rentrée théâtrale ; et le visage d’Emeline Bayart appartient désormais à l’univers du vaudeville. 

 

On purge bébé

de Georges Feydeau avec Eric Prat, Émeline Bayart, Manuel Le Lièvre, Valentine Alaqui, Thomas Ribière, Delphine Lacheteau, Manuel Peskine
Metteur en scène : Émeline Bayart

Crédit Photo  : Caroline Moreau

[Festival de Deauville 2021] « Pleasure » de Ninja Thyberg : Une virtuose tragédie dans l’industrie porno américaine
And on the thousandth night… : les 1001 nuits à l’infini au festival d’Automne
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture