Théâtre

Des buveuses de pluie vivantes au Théâtre Pixel

16 octobre 2010 | PAR Tiphaine Fatou

Les Buveuses de Pluie se déroule le temps de descendre une bouteille de vin rouge sous les étoiles. L’ambiance intime du Pixel nous amène vers une vision propre et décalée de ces deux jeunes femmes, vivantes et belles dans leur déchéance. Avec Kloé Lang et Ana Bogosavljevic. Une mise en scène de Christian Pelissier.

La nuit est tombée dans la Ville. Une sculpture de bâches commence tout doucement à s’animer sous nos yeux quand soudain, deux jeunes femmes se réveillent lourdement de leur sommeil. Elles sont sales, elles sont ivres de vin rouge et regardent attentivement la Ville s’animer. Le boulanger, l’homme qui promène son chien, la famille modèle, l’homme infidèle, tout le monde a le droit à une phrase, à quelques mots qui font écho à ces personnages qui passent. L’amour, le sexe, l’enfantement et les corps laissent place à des dialogues où poésie et surréalisme sont de mise. Est-ce l’effet du vin? Ou est-ce simplement qu’à longueur de temps, là, dans la rue, unies toutes les deux, la vie amène naturellement à ce genre de philosophie?

L’Autre — Eh, m’sieur, arrive un peu. Tu trinques
au chaud, entre nous ! Il obéit, ce con.
L’Une — Qu’est-ce qu’on en fait ?
L’Autre — À ton avis ?
L’Une & L’Autre — Grands ou petits
Chiens, humains
Un beau matin
Chacun s’en vient
À la godille
Au banc des filles
L’Autre — Il y vient.
L’Une — N’arrête pas de venir, tiré par son
toutou.
L’Autre — N’arrête pas de grandir.
L’Une — En manteau fleuri, s’il te plaît… Un
vrai colosse !
L’Autre — Eh, le Roi Mage !
L’Une — T’as vu sa barbe roulée en grappe et son
oeil fixe !
L’Autre — Il se rince. Nous tire un bras
d’honneur sous sa robe. T’es privé d’amour, mon
gros ?
L’Une — Quel air sérieux !
L’Autre — Comestible et solvable, je veux !
L’Une — Je me trémousse, je me trémousse !
Bats pas des ailes.

Les actrices incarnent avec brillant le rôle de ces sœurs unies à la vie, à la mort dans un paysage désenchanté. La mise en scène réaliste aura eu pour effet de nous confronter directement à cette réalité qui vacille dans le rêve.
Les buveuses de pluie, une pièce sincère et qui ne laisse pas sans voix. Peut-être allez-vous vous-mêmes vous retrouver entre amis à la suite de cette pièce autour d’un verre de vin et vous prendre à voir dans les yeux de ces femmes.

« Les buveuses de pluie », Théâtre Pixel, du 23 septembre au 30 octobre 2010, jeu et sam 19h30, 18 rue championnet, Paris 18e, M° Simplon ou Jules Joffrin, 15 euros (TR 10 et 7,50 euros).

[mappress mapid= »12″]

« Jour de paye », nouveau clip de Booba
Concert gratuit : Tralala, les classiques joyeux de la chanson français à l’affiche de la Belière
Tiphaine Fatou

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *