Théâtre
Champs de Mines : Lola Arias fait dire la guerre des Malouines par des vétérans à Roma Europa

Champs de Mines : Lola Arias fait dire la guerre des Malouines par des vétérans à Roma Europa

18 novembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Après avoir tourné en Angleterre et avant d’arriver à la MAC en mars, la pièce forte et touchante sur la guerre, Champs de Mines se donnait ce week-end à Rome dans le cadre du Festival Roma Europa. Un petit miracle ou les ennemis d’hier deviennent les acteurs de demain.

[rating = 4]

img_4809.jpg

Roma Europa est un des festivals majeurs en Italie qui mêle théâtre, danse, musique contemporaine. C’est un peu l’équivalent du Festival d’Automne à Paris et l’on y fait souvent de belles découvertes de créations contemporaines. C’était le cas ce week-end avec Champs de Mines de Lola Arias.

La guère des Malouines en argentin, des Falkland en anglais a duré d’avril à juin 1982 fait environ un millier de morts dont deux tiers chez les argentins. Trente ans après, Lola Arias réunit six vétérans, trois dans chaque camp et les fait monter sur scène, et même dans une scène sur la scène de projection centrale où ils racontent, partagent, jouent en mode punk ou disco et évaluent les dégâts personnels de leur guerre.

Le fait même d’avoir réuni ces anciens-combattants et de non seulement leur donner la parole mais d’en faire des acteurs au sens plein du terme est un acte fort. Ils se parlent chacun dans leur langue, au lieu de  tuer, même si les clichés de la propagande ont la dent dure, même après avoir déjà joué ensemble plusieurs mois.

D’un point de vue formel, plein de jolies choses s’essaient et de suivent : des cartes ou cartes postales bougées et projetées sur l’écran, des moments de musique d’époque jouée par les soldats, des jeux de rôles sur la scène aux murs blancs du centre où des images sont projetés, un mini muppet show où Thatcher (masque à l’appui) et le Président Leopoldo Galtieri parlent pour lancer et arrêter la guerre …

Tout n’est pas toujours parfaitement réussi dans cet afflux de richesse formelle, notamment lorsqu’une scène de chant où plus symbolique vient redoubler un moment de témoignage et d’information l’effet double rallonge la pièce sans gain réel. Mais il n’empêche: tout se justifie, humainement l’expérience est unique et avec ses incroyables vétérans aujourd’hui presque tous septuagénaires, Lola Arias parvient parfaitement à remporter le pari de « créer une autre narration de la guerre ». Pour ce geste fort et pour nous avoir fait sentir ce qu’est la guerre pour un homme de 20 ans.

Champs de Mines, de Lola Arias, avec : Lou Armour, David Jackson, Gabriel Sagastume, Ruben Otero, Sukrim Rai, Marcelo Vallejo,!Scénographie : Mariana Tirantte. Durée : 1h40.

photo : © Tristam Kenton

Infos pratiques

La playlist à répétition
Attendrissant J’ai trop peur de David Lescot aux THEATRALES CHARLES DULLIN
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *