Théâtre
Anéantis de Sarah Kane à la Comédie Francaise : un gâchis

Anéantis de Sarah Kane à la Comédie Francaise : un gâchis

28 novembre 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Simon Delétang s’est saisi du texte de Sarah Kane pour monter une proposition au Studio Théâtre de la Comédie Française. Le résultat est une étrange lecture stylisée au sein d’un décor esthétisé. Le texte est là, vidé de son âme.

 

Sous l’impulsion de Muriel Mayette-Holtz puis surtout d’Eric Ruf, la Maison de Molière a entamé depuis plusieurs années une mue qui cherche à rompre avec le classicisme et son conformisme. On aura vu le logo se moderniser. Dans les dernières productions, on s’autorise des traitements tres trangressifs. Parmi tant d’exemples, citons Thomas Ostermeier qui en 2018 dans la Salle Richelieu proposait une lecture graveleuse et gauloise de la comédie de Shakespeare: La nuit des Rois. Le plafond de verre de la tradition et de la coutume multicentenaire semblait se dissoudre. Le texte Blasted de Sarah Kane constituait un nouveau défi. 

Dans une chambre d’hôtel de luxe moderne, design et aseptisée, Ian, un homme mûr et grossier, un journaliste de tabloïd, se sert à boire ; il a amené sans que l’on sache exactement qui elle est, une jeune femme, Cate pour la nuit. Dans ce décor vont advenir les pires événements et la chambre sera visitée et labourée par la guerre civile, la mort et l’amour, le viol dont celui qui est arme de guerre, l’alcoolisme et le racisme. L’anthropophagie aussi.

On l’aura compris, le texte est terrible. Exigeant. Or, Simon Delétang contourne la difficulté, il esquive les corps. Rien n’est montré. Les choses sont dites par une voix off, lisant les didascalies. Les corps ne parlent plus. On abandonne l’art théâtral pour une lecture mise en espace.

Dans cette scénographie esthétisante, que reste t-il du théâtre ? De celui si charnel de Sarah Kane ? Rien.

Le texte de la pièce se termine sur un effrayant merci qui signe la politesse vaine des damnés. Christian Gonon, Elise Lhomeau et Loïc Corbery, luttent par leur talent à sauver le texte. En vain. Le merci final de Simon Delétang tombe à plat. 

 

 

ANÉANTIS de Sarah Kane. Mise en scène et scénographie de Simon Delétang. Comédie-Française Studio , Carrousel du Louvre. Jusqu’au 5 décembre à 18 h 30. Durée 1 h 10

Crédit Photo @ Christophe Raynaud de Lage

A la rencontre d’Albert Cohen et de Mangeclous
Que serions nous sans Philippe Caubére ?
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration