Performance
Heartbreaking Final, la déprime de Tim Etchells et Aisha Orazbayeva au Festival d’Automne

Heartbreaking Final, la déprime de Tim Etchells et Aisha Orazbayeva au Festival d’Automne

16 décembre 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Tim Etchells a répondu à une commande du Centre Pompidou. Sur la façade en ce moment, vous pouvez lire : « Qu’il y a t-il entre nous? », et hier dans le cadre du portrait du Festival d’Automne consacré au collectif Forced Entertainment, la réponse a été donnée : une noire litanie sans espoir. 

Si vous pensiez que Forced Entertainment se résumait à l’esprit des Monty Python, vous aviez tout faux. Hier soir, Tim Etchells, Nicki Hobday, John Rowley, Aisha Orazbayeva (violon), et Angharad Davis (violon) se sont présentés à nous en tenues du quotidien, texte à la main, surplombés d’un néon très blanc qui donne le ton et le titre à la performance :  « Heartbreaking Final ».

En VO non traduite, les comédiens et les violonistes ont fait dissoner une longue litanie qui voit le monde avec angoisse : 

« (…) et des rues vides

et des gares vides

et des maisons vides

et des trains vides

et des forêts vides (…) »

Les voix se chevauchent, sont presque en canon, s’attentent, lisent de concert et très rarement haussent le ton pour crier et marteler « Et quel genre d’objet est le soleil ? »

Pas de lumière donc. Pas non plus dans les cordes qui ne cherchent que la laideur du son et la gravité de la tessiture. Ce spectacle qui est plus une lecture donne au Centre Pompidou l’allure de sa voisine, la Maison de la Poésie, et c’est vrai que l’on imagine bien cette idée se livrer avec plus de proximité, en entant sur scène par exemple, pour encore mieux se laisser porter par cette complainte qui hésite entre être un poème et une psalmodie. 

C’est donc un exercice de style aride qui travaille la voix comme un son. Il est très agréable de fermer les yeux et de se laisser porter par ce flow de mots en anglais accessible, délivrés avec sobriété et anxiété. Le tragique devient alors presque comme une berceuse. Drôle d’époque non ?

Jusqu’au 17 décembre au Centre Pompidou.

Visuel © Hugo Glenndining

 

Le Centre Wallonie-Bruxelles fête les 100 ans du film « L’Atlantide », de Jacques Feyder ! Retour sur un classique lent, mais bien construit !
Spectaculaires « Chansons sans paroles » de Thom Luz
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture