Performance
« Blackbird », la performance cathartique de Mathilde Rance

« Blackbird », la performance cathartique de Mathilde Rance

20 juin 2022 | PAR Capucine De Montaudry

Une ambiance intimiste, un public ravi. Au Bal, Mathilde Rance entre en scène : cygne noir, sorcière ou monstre ? En ce dernier jour de June Events, cette performance fracassante nous séduit par son caractère déjanté et son humour.

Blackbird sous le signe du rituel 

Ce sont quatre tableaux successifs que performe Mathilde Rance. Dès son arrivée, elle dégage une insolence pétillante. Tout commence en un murmure. Des concepts anglais déformés, dont la prononciation donne un air de latin, jaillissent avec de plus en plus de hargne : « capitalism », « ecologism« , « capisticalism ». Ses mouvements sont convulsifs et la tension monte. Elle arrache les plumes qui couvrent son corps comme si celles-ci la démangeaient. Sa voix, en rythme, a des intonations incantatoires. Ou plutôt expiatoires… Elle semble en effet rejeter des mots qui enferment, des mots-prisons dont le sens s’est totalement délié dans un mélange confus de réalités disparates. Sa voix gutturale donne l’impression que les concepts sont arrachés au plus profond d’elle-même pour ensuite être recrachés à la face d’un ennemi invisible. 

Tradition et insolence 

Quand elle fait face au public, son regard est un défi. Elle le promène sur chacun. Elle s’empare ensuite d’un instrument de musique traditionnel iranien, un DAF, et alterne entre des moments de silence et des moments de jeu. Ses doigts semblent poser une question lorsqu’ils heurtent la toile de l’instrument. Elle se remet à danser en jouant, une folie frénétique s’empare d’elle. On croirait assister à un rituel, d’un nouveau type cette-fois : c’est l’influence de sociétés lointaines qui traverse l’espace pour s’incarner sous nos yeux. 

Puis c’est une harpe qui attire son attention. D’une main théâtrale, elle joue des accords dissonants. Chacun est une pulsation sur laquelle son visage se fige en grimace. Une nouvelle Joséphine Baker nous fait face, en plus inquiétante, mais très vite les rires sont irrépressibles. Elle se lève, joue un « Joyeux anniversaire » saccadé, avec un mouvement mécanique et convulsif du bassin. Elle joue une scène d’orgie avec son instrument, et continue de nous regarder avec insolence. Le ton est épineux et léger tout à la fois. 

Performance des profondeurs

Mathilde Rance est bouleversante lorsque, s’emparant d’un micro, elle nous laisse attendre un chant ou des mots : elle place soudain l’appareil sur son cœur et on entend des battements rapides. Avec le micro, elle se met ensuite à frapper sa poitrine en rythme. C’est comme une interrogation posée à son propre corps. Puis elle se promène et sort peu à peu de la salle. 

La performance a duré à peine vingt minutes. Dans ce court laps de temps, elle nous a cependant fait traverser des univers étranges où de nombreuses influences se croisent. Cultures éloignées, Lac des cygnes, rituels mystiques, sorcières… L’on pense même à la pièce Isma de Nathalie Sarraute. Beaucoup de rires, mais surtout une performance cathartique, qui engage le spectateur autant que la performeuse. 

Visuel et galerie : Mathilde Rance dans Blackbird, © Akiko Gharbi. 

Tournée :
Du 13 au 17 juillet 2022 à 17h à La Belle Scène Saint-Denis – La Parenthèse – Avignon – Une programmation du Théâtre Louis Aragon, scène conventionnée d’intérêt national Art et création – danse à Tremblay-en-France en partenariat avec Danse Dense
Les 19 et 20 août 2022 au Festival PERFORM-Domaine de Nodris dans le Médoc
Les 19 et 20 octobre 2022 à La Grande Scène à l’ARC – scène nationale du Creusot
Le 6 janvier 2023 Déjeuner en scène – Théâtre Le Dôme – Saumur Val de Loire
Le 23 mars 2023 L’étoile du Nord – Paris

« Quand je fais de l’art, je trouve ça important qu’il y ait un message » Lori Malépart-Traversy (interview)
L’agenda de la semaine du 20 juin
Capucine De Montaudry

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture