Spectacles
L’eau, l’air, la vie… Bachelard au Nouveau Théâtre de Montreuil

L’eau, l’air, la vie… Bachelard au Nouveau Théâtre de Montreuil

27 janvier 2022 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Prenez une dose de légèreté, une autre de poésie, un soupçon de beauté, une tonne de sensibilité et un goût pour le temps qui s’étire délicieusement et vous avez la recette du Bachelard Quartet, la nouvelle création de Pierre Meunier et Marguerite Bordat, qui se donnait jusqu’au 27 janvier au Nouveau Théâtre de Montreuil et qui est désormais en tournée.

« Il n’est pas impossible que le moulin fasse tourner les vents »

On entre dans cette salle comme on rentrerait dans un chez soi onirique. Directement au coin du feu, prêt à entendre des histoires, les entendre juste, les laisser passer, les laisser traverser. En tri-frontale, le public entoure comme une communauté le metteur en scène et conteur Pierre Meunier, la pianiste Jeanne Bleuse et la violoncelliste Noémi Boutin. Il y a un plateau fait de deux espaces sur tournettes et un genre de grand mobile qui pend des cintres fait de fils et de gros cylindres de bois. L’idée de faire matière de tout. La voix, les mots, le son, le bois des instruments, les touches du piano, tout. C’est un éloge de l’imagination, une déclaration d’amour aux choses essentielles. Il est dit du « feu » qu’il est le « symbole du repos ».  Et le spectacle semble être une injonction au repos dans un monde qui a perdu justement le sens des mots, qui s’essouffle à animer des moulins à vent qui n’ont rien à voir avec ceux du philosophe. Ce qui est drôle avec Gaston Bachelard, au départ intéressé par les sciences, c’est la façon dont il s’est acharné à révéler les espaces sujets au rêve. Nuages, air, étoiles, métal… L’affaire se révèle sociale, politique : « Enlevez les rêves, vous anéantissez l’ouvrier ». La philosophie de Bachelard apparaît comme art de vivre bien et serein, un moyen de supporter toutes les épreuves qui pavent le chemin. 

La mélancolie des détails

« Mes souvenirs les plus chers ne sont que des fantômes ». Dans ce spectacle à l’allure délicieusement surannée, les fantômes sont nombreux. Il flotte l’esprit d’Alain Crombecque par exemple. Les vivants sont là aussi, et le Théâtre du Soleil n’est pas loin dans la quête du merveilleux qui voit une porte dégondée se transformer en scène sur un piano. Les musiciennes sortent de leur rôle, deviennent un peu comédiennes et s’amusent de ces mots qui ont l’air si légers. Quand elles jouent pour de bon, c’est juste merveilleux et doux. Les instruments sont vraiment des personnages de cette pièce qui n’est ni du théâtre, ni un concert. 

Le temps est lent comme quand on est vieux, il est lui aussi une matière. Bachelard Quartet s’étire pendant deux heures, comme un dîner entre amis chers. Il n’y a rien de prétentieux ici, rien de snob, c’est une bulle poétique qui se partage en face à face.

Cela donne envie de (re)lire Gaston Bachelard, et surtout d’écouter sa voix qui roule derrière sa grosse barbe blanche à la fin des années 80. Bachelard rêvait « de rendre la poésie et la science complémentaires, de les unir comme deux contraires bien faits », Pierre Meunier a lui rendu la poésie au théâtre. 

A noter, Pierre Meunier et ses vagabondages poétiques seront au festival BRUIT, au Théâtre de l’Aquarium avec deux soli : Au milieu du désordre  (29 et 30 janvier ) et La Bobine de Ruhmkorff (4 et 5 février).

Bachelard Quartet sera en tournée : 

10 au 11 mars 2022 Les Quinconces – scène nationale du Mans
28 au 30 avril 2022 Le Théâtre d’Orléans – Scène Nationale
17 au 20 mai 2022 Théâtre de Lorient – CDN
31 mai au 03 juin 2022 Comédie de Saint-Étienne

Visuel : ©Pascale Cholette

 

Retour sur la première des Noces de Figaro à l’Opéra Garnier
Les nominations des César 2022
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture