Spectacles
Le FAB 2022 a investi la ville

Le FAB 2022 a investi la ville

16 octobre 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Créé en 2016, le FAB Festival des Arts de Bordeaux est un festival pluridisciplinaire défendant les écritures contemporaines par une riche programmation mêlant des propositions internationales à la présentation d’artistes locaux. Cette année encore il a accueilli le bouillonnement culturel du monde.

Inclassables et attachants

Créé en 2016, le FAB est un festival des écritures contemporaines sous toutes leurs formes d’expression – performance, danse, théâtre, musique, arts visuels, faisant la part belle aux démarches hybrides et inclassables. Condensé d’actualité artistique, il a investit à partir du début du mis d’octobre et pour trois semaines la plupart des salles de l’espace public de Bordeaux et sa Métropole. Le public a pu y voir des premières françaises, créations, commandes in situ et inédits en tout genre d’artistes internationaux (2/3 de la programmation) et de Nouvelle-Aquitaine (1/3 de la programmation).

Cette année le public est au rendez vous, une fois encore. La manifestation qui se veut collaborative, par essence immersive a su tenir ses promesses et intéresser les publics. Les spectateurs interrogés disent tous leur attachement à ce souffle de culture. Au TNBA, dans les rues de Bordeaux, à La Manufacture CDCN Bordeaux et dans plus de 20 autres lieux, l’artistique est venu s’inviter dans la cité par une immixtion audacieuse. Le public est multiple, des jeunes étudiants, des retraités, des théâtreux de tout âge, des familles, des lycéens sont venus se regrouper autour des expos et des billetteries.

L’événement numéro un fut certainement l’inauguration que nous avons relayée avec enthousiasme de l’exposition des bestioles de Force de la Nature de Theo Jansen. L’évènement se poursuit jusqu’au 1er Janvier 2023. au Musée des Beaux-Arts.

 

Aussi, le FAB a accueilli le Cri brûlant pour la paix des Dakh Daughters, et au TNBA, partenaire de l’événement,  la pièce de théâtre de l’auteur franco-iranien Pour que les vents se lèvent, Une Orestie de Gurshad Shaheman mise en scène par Nuno Cardoso & Catherine Marnas.

Place de l’Hotel de Ville, au moins 300 personnes se sont agglutinées pour rire et s’émouvoir en famille devant la performance dansée Habiter n’est pas dormir, une performance autour de notre quotidien de Agnès Pelletier et la Compagnie Volubilis.

Nous avons également vu une création de Marcela Santander Corvalán, Bocas de Oro. Il s’agissait d’une danse sous forme d’un rituel autour de la question de ce que nous devons aux civilisations disparues. Ou encore la Construction Monumentale Participative en Cartons installation interactive d’Olivier Grossetête et les Bâtisses Sœurs.

 

Nous avons été intrigués, percutés et captivés, par la proposition audacieuse et merveilleuse des Pheuillus de l’artiste Phun : les  pheuillus disséminés dans la ville ont su déployer leur pouvoir d’attraction auprès des passants curieux, et emportés pas l’énigme.  Elle est incroyable et attachante cette vision d’une nature qui ne produit plus de déchets, mais qui sait se régénérer, qui sait connaître une croissance maîtrisée et qui par essence pratique l’eco responsabilité et le recyclage. Les feuilles dites mortes acquièrent une nouvelle histoire, elles descendent des forets et se transforment en le premier humain ou animal croisé. Elles veulent venir à notre rencontre et obtiennent aussi l’effet inverse, la rencontre en échange. Ce sont les promeneurs qui vont à leur rencontre. Le sentiment est archaïque, bucolique, champêtre et brillant d’humanité et de civilisation. Le travail de Phun nous est précieux pour penser notre place dans le monde. Cette exposition disséminée dans la ville rend à elle seule hommage à  la première caractéristique de la manifestation du FAB après l’inventivité : la générosité. 

Vivement le FAB 2023.

Crédit Photos : Pierre Planchenault et Paulette

Coffret Mouloudji a 100 ans : joyeux anniversaire l’artiste ! 
« Toutes les femmes sauf une » au Théâtre de la Flèche
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration