Humour

« Tout va bien »: Anne Roumanoff joue la vie en rose contre les gilets jaunes

« Tout va bien »: Anne Roumanoff joue la vie en rose contre les gilets jaunes

31 janvier 2019 | PAR Yaël Hirsch

Du 29 au 31 janvier, avant de faire l’Olympia en avril, l’humoriste présentait son nouveau spectacle au public attentif du Casino de Paris. Fraîchement séparée, elle passe du couple 2.0 aux Gilets jaunes avec une énergie qui ne diminue jamais.

Chemise psychédélique, énergie communicative et jeux de lumières réduits au plus simple, Anne Roumanoff embraye direct au cœur des ronds-points avec un sketch sur les actes des Gilets jaunes. Très bonne commentatrice de l’actualité, soucieuse d’expliquer avec des mots simples une situation politique complexe, elle a l’enfance d’être toujours tendre quand elle bashe, et notamment avec sa cible préférée : papy et papy cheveux mauves : « Ils aimeraient bien les retraités faire un mouvement, explique-t-elle mais ils sont trop lents pour foncer sur les bretelles d’autoroute. Qui va créer « les gilets de laine » ?

Le deuxième sketch est un peu plus réflexif et prend la forme d’un stage où l’on réfléchit sur le politiquement correct et l’acceptable en Humour. Elle fait interagir le public et est touchante quand elle note qu’il n’y a pas d’euphémisme politiquement approprié pour désigner les chauves.

Puis passage à l’intime avec les considérations d’une femme « nouvellement sur le marché » qui découvre la seconde main et le dating via les applications. Le portrait féroce des commentaires des copines et surtout une longue tirade très poétique sur la rencontre amoureuse déclinée selon le lexique du marché des fruits et légumes sauvent le sketch de la banalité et le subliment : « Un de perdu dix de retrouvés ça ça marche seulement avec les kilos ».

Accent du Sud et deux chaises « ghost » de Starck, le sketch suivant met en scène une voyante et un membre du public. On commence à voir clairement que « tout va bien ». Sauf pour la bouchère quand elle se débat avec son ordinateur et son imprimante (envie d’une relation romantique). Enfin, une autre femme parle de « balance ton porc » et là, le lexique est celui de la ferme avec l’intelligence de mélanger à la fois un vrai soutien du mouvement #metoo et une tendresse conservée pour la gent masculine.

Un petit excursus sur les parents fiers ou pas de leurs ados, et le spectacle se termine par le meilleur sketch : le pilier de bistrot cher à Roumanoff qui commente les Gilets jaunes. Touchant très juste, parlant à 100 à l’heure et écornant toujours avec une tendresse vache BFM TV, c’est un beau point d’orgue à un spectacle humain, politique et cohérent.

 

pour les dates de la tournée de Tout va bien, rdv sur le site d’Anne Roumanoff 

Visuel : YH et affiche 

Les vernissages de la semaine du 31 janvier
20 tableaux du peintre impressionniste Ernest Roman mis aux enchères à Nîmes
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *