Danse

Les combinaisons expérientielles de DD Dorvillier au Centre Pompidou

Les combinaisons expérientielles de DD Dorvillier au Centre Pompidou

25 janvier 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Only one of many est la nouvelle interrogation de la chorégraphe DD Dorvillier  et du compositeur Sébastien Roux. Comment le geste et le son jouent-il une participation conjointe et dissonante en même temps ? Réponse pointue et superbe à Beaubourg, jusqu’au 26 janvier.

En 2015, le duo questionnait la relation entre le son, l’image et le geste avec Extra Shapes. Ici, le public resserré dans une jauge à 150  places entoure le plateau rond et blanc au dessus duquel le plafond noir est ponctué de prises électriques bleues. Une voix va nous donner les règles du jeu dont nous seront spectateurs : A partir de deux séquences chorégraphiques (D1 et D2) et de deux séquences musicales (M1 et M2), de durées égales, six combinaisons sont possibles.

On sait donc exactement ce qu’il va se passer, on connait le début et la fin. Le but de Only One of Many est donc expérientiel. Il s’agit non pas de nous raconter une histoire, ni de nous faire ressentir une émotion mais bien d’agir en scientifiques observants. Katerina Andreou, DD Dorvillier et Ayse Orhon vont se prêter au jeu, face aux machines.

D2 et M2 sont un son et une danse qui se répètent. Un seul son pour un seul geste. Et c’est par là que la pièce commence. Un son électro-acoustique linéaire et un pas qui se compose d’un pointé et d’un aplat avec des changements directionnels. D1 et M1 sont tout le contraire.

Le résultat est totalement fascinant. La très belle lumière de Thomas Dunn offre un halo net sur la scène. Le son est physique, les enceintes descendent du ciel. Pour M2, c’est un bloc de baffes faisant corps. Pour M1, ce sont une dizaine de petites enceintes qui agissent comme des pendules.

Le geste est de la post-dance très américaine, Cunnigham et ses ouvertures, William Forsythe et ses lignes, tous ont été avalés par la chorégraphie née à  Porto Rico. La perception des mouvements évolue par rapport au son que l’on entend. Celui qui est multiple est légèrement mélodique, ce qui rend la chorégraphie plus dramatique. Hors, cela est une fiction qui n’est que relié à la perception. L’expérience est troublante car elle applique à l’art chorégraphique une méthode sortie  d’une série américaine : la musique est un renfort émotionnel.

Only One of Many est une expérience totale, dont l’aspect très écrit ne bloque pas le surgissement de la surprise. Une pépite à voir absolument.

 

Only One of Many, DD Dorvillier et Sébastien Roux © Pierre Gondard

« Garçons! » : Zaza Fournier, Chloé Lacan et Cléa Vincent font traverser le temps et le genre à la chanson au Café de la Danse
Une soirée aux Mains d’Oeuvres pour le festival MOFO
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *