Musique
Butterfly, le conte musical du Collectif La Boutique au théâtre de l’Epée de Bois

Butterfly, le conte musical du Collectif La Boutique au théâtre de l’Epée de Bois

06 janvier 2022 | PAR Margot Wallemme

Inspirée de l’opéra Madame Butterfly, la pièce créée par Leslie Menahem, Graciane Finzi, Stanislas Kuchinski et Arnaud Guillou emmène dans un univers doux et mélancolique. C’est Suzuki, la confidente de Cio Cio San, qui raconte cette triste histoire de l’envol vers une liberté choisie. La musique dialoguée se mêle et répond au récit dans un décor léger et soyeux.

Un papillon, des envols, une liberté

Laura Segré, en narratrice, conte l’histoire de Butterfly. Contrainte et soumise par les hommes de sa vie, Butterfly se referme dans son cocon, observée par sa confidente. Par le chant et quelques paroles, la soprane Céline Laly porte la voix du papillon en cage et nous livre sensiblement une intériorité musicalement libre.

L’impuissance de Suzuki, face à sa maitresse enivrée d’un amour qui ne nait qu’en elle, se répercute dans sa propre liberté. Toutes deux enfermées dans un destin qu’elles n’ont pas choisi, elles sont soumises aux hommes de ce Japon du XXe siècle, elles attendent leur envol.

Sa liberté, Butterfly la trouve dans la mort, peut-être est-ce le seul choix qu’elle fit. Et c’est en nous contant cette histoire que Suzuki déploie à son tour ses ailes. 

La musique s’y mêle et s’emmêle, dans un décor de papier

Le bruit des planchettes de bois du sol de la scène tinte les pas des personnages et imprime une ambiance particulière, douce et sensible mêlée à un décor léger et dépouillé. La pure blancheur du décor de papier et des costumes est ponctuée par l’essence colorée des instruments et leur musique.

Les musiciens portent le son et la voix des personnages, ils s’allient au texte, lui répondent. Ils font stagner un temps, vers une atemporalité. La musique enferme, engourdie comme elle libère, les sons entrent en fusion et confusion, ils ouvrent et illustrent les pensées des personnages. 

Entre opéra, jazz, et chansons de variété, le choix de l’adaptation musicale replace le récit dans une modernité occidentale. La justesse des instruments couvre parfois les voix, mais nul besoin de comprendre les paroles pour en ressentir le ton. Texte et musique se lient habilement, dans un doux équilibre.

Butterfly, l’envol, c’est du 6 au 16 janvier 2022 au théâtre de l’Epée de Bois

 

Visuels : ©Nicolas Fagot Studio 9

Annick Lemoine nommée à la direction du Petit Palais, Musée des Beaux-Art de la ville de Paris 
Anéantir : Houellebecq attendrit le face à face avec la finitude
Margot Wallemme

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture