Expos
Planches Contact investit à nouveau Deauville

Planches Contact investit à nouveau Deauville

03 novembre 2022 | PAR Barbara Pebrel

Du 22 octobre 2022 au 1er janvier 2023, la 13e édition du festival de photographie Planches Contact prend possession de Deauville. Laura Serani, la directrice artistique, nous fait découvrir des artistes émergents et redécouvrir de grandes figures de la photographie dans un festival qui n’a, décidément, plus rien à prouver. Les artistes sont invités à habiller tous les lieux iconiques de la ville.

           

La plage

Raymond Depardon y crée une mise en abîme avec de superbes images du littoral français en très grand format. Ces photographies en couleurs font de la plage, aux lumières changeantes, un espace multiple et intemporel. Stanislas Augris y installe des images très contrastées, assez sombres et aux rouges éclatants : sa profonde réflexion sur le rapport entre nature et architecture questionne la notion de cycle. Anne-Laure Maison et Michel Cam investissent également ce lieu culte de la ville en présentant une série de portraits. Avec leur projet intitulé Human Soul, ils partent à la rencontre des « autres » et nous les racontent sous forme de collages, lesquels mêlent dessins et photographies.

Les bassins

La fondation Photo4food invite deux photographes en résidence à exploiter l’espace du grand bassin. Diana Lui, avec sa série Les Épées de Jeanne, revisite la figure de Jeanne d’Arc et nous dresse le portrait de femmes normandes fortes. Ces portraits en plein pied, en couleurs, pris à la chambre, questionnent l’identité et l’engagement de chacune. Anne-Charlotte Moulard présente son projet Léon a rasé César à Noël, un récit intimiste et non linéaire de personnages hors du temps. Dans le petit bassin, Omar Victor Diop présente deux photographies panoramiques de sa nouvelle série deauvillaise. Il se met en scène, comme à son habitude, dans les décors de la ville qui lui évoquent son pays.

L’hôtel Barrière Normandy

Carolle Benitah investit son hall avec huit photographies de sa série Jamais je ne t’oublierai, pour laquelle elle récupère d’anciens portraits en brocante qu’elle retravaille à la feuille d’or. Elle fait ainsi disparaître les visages des protagonistes et apparaître celui du spectateur, qui se reflète sur la surface dorée.

Le port

L’embarcadère accueille Jean-Christian Bourcart qui dresse un portrait couleur de la Normandie. Dans une boulimie productrice, il nous présente les « planches contact » XXL de ses observations sociologiques. Entre la joie de la jeunesse pendant la fête de la musique, les pêcheurs de Trouville et les voitures de luxe de Deauville, le photographe dresse une typologie comportementale de la région. George Rousse investit également le port en revisitant l’ancien Deauville Yacht Club sur fond rouge et heptagone jaune.

Le Point de Vue

Cet espace incontournable de Deauville propose, pendant le festival, trois installations. Tout d’abord, George Rousse y présente une sélection de seize œuvres, dont des photographies de son travail et les croquis préparatoires au projet du Deauville Yacht Club. Ensuite, Bettina Rheims, avec la collaboration de la scénographe Marie-Noëlle Perriau, présente sa Chapelle. Une installation immersive où le spectateur est invité à entrer dans une boîte contenant des images iconiques de l’artiste, mises en pièces. Enfin, La masterclass 2.0 partage avec nous ses Réflexions à travers une vidéo poétique. Les neuf jeunes photographes talentueux invités en résidence par le festival pour ce projet sont Bebe Blanco Agterberg, Heriman Avy, Camille Carbonaro, Gianni Cipriano, Tereza Koznik, Francesco Levy, Julie Van Der Vaart, Modi, et Gareth Phillips.

Les Franciscaines

Le centre culturel des Franciscaines accueille une exposition regroupant une dizaine de photographes reconnus et émergents. Dans une articulation particulièrement réussie, cette exposition offre à chaque photographe une scénographie intelligente et personnelle qui met en avant leurs images. Le fond jaune de Bruno Labarbère fait ressortir ses images sombres et poétiques. Les très grands formats d’Omar Victor Diop nous font pénétrer dans ses photographies. L’obscurité de la salle de Stefano De Luigi donne une profondeur à ses images négatives aux lumières inversées. L’exposition présente des photographies des Tremplins Jeunes Talents : Henri Kisielewski et son univers de Non Fiction, Dana Cojbuc qui va plus loin que l’horizon et que le cadre, et Ciro Battiloro aux images documentaires émouvantes. Sont également présentés les photographes invités en résidence par le festival, tels que Carolle Bénitah, Jean-Christophe Béchet et Francesco Jodice. Enfin, l’invitée d’honneur de l’exposition est Jessica Lang !

Le festival se déroule du 22 octobre 2022 au 1er janvier 2023

Le site internet du festival pour plus d’informations ici

Visuels : 1- © Carolle Benitah – La Courbe du bonheur – Planches Contact 2022 2- © Jessica Lange, Highway 61 , Dichroma photography 3- © Georges Rousse, Croquis Deauville 2022 4- © Émile Garçon et Lise Guillon, D’amour et Deauville, Planches Contact 2022 5- © Stanislas Augris, Fondation Photo4food, Planches Contact 2022 6- © Anne-Charlotte Moulard, Photo4food, Planches Contact 2022 7- © Raymond Depardon, La France, Alpes-Maritimes, Antibes.

CD : L’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine rend hommage à Olivier Messiaen pour le trentenaire de sa disparition
Christophe Alévêque au Café de la Gare
Barbara Pebrel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration