World

[Live-report] Jazz’n Klezmer reprend à la Synagogue de la rue Copernic avec Azafea (19/11/2015)

[Live-report] Jazz’n Klezmer reprend à la Synagogue de la rue Copernic avec Azafea (19/11/2015)

20 novembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Après avoir dû annuler deux dates, à la suite des attentats du 13 novembre 2015, le festival Jazz’n Klezmer était de retour, ce mercredi 19 novembre et son public aussi, venu applaudir le groupe très nomade Azafea dans la synagogue de la rue Copernic. Un voyage qui signale un redémarrage courageux et musical et qui précède le concert de David Krakauer (lire notre interview), ce samedi 21 novembre à la Cigale.
[rating=3]

Après un passage de sécurité très sérieux, mais agréable et bien organisé, nous entrons dans la synagogue de la rue Copernic pour assister à la reprise du Festival Jazz’n Klezmer. A l’intérieur, la salle est pleine et le public, déjà concentré. Certains hommes portent la Kippa, d’autres pas.

Laurence Haziza et Alain Knafo font une sobre et brève intervention pour annoncer que le festival se poursuit, malgré tout, et présenter le groupe. Ce sont les musiciens d’Azafea eux-mêmes qui demandent une minute de silence avant qu’on se remette vraiment à la musique. Et côté musique, ce soir, dans une synagogue qui a elle-même connu un terrible attentat en 1980, il n’y a pas de Marseillaise, ce jeudi 19 novembre mais plutôt une invitation immédiate à faire le tour du monde dans une odyssée espagnole qui commence en effet dans la péninsule ibérique avec de Falla mais qui passe par la France (et même la Bretagne) avec des interprétation très personnelles de Eric Satie ou César Franck, Israël avec des compositions traditionnelle et modernes, mais aussi la Turquie, l’Europe de l’est et la musique Tzigane.

Rejoints par le trompettiste Frank London, les deux fondateurs du groupe, le contrebassiste français Rémy Yulzari et le guitariste israélien Nadav Lev ont une savante manière de mêler liturgie traditionnelles et influences de tous les continents qu’a irriguées la diaspora juive. Un bel exemple de dialogue qui se joue entre les musisiciens, très complices sur scène , mais aussi à main nue et à l’archet sur la basse de Rémy Yulzari qui oscille entre percussions et vents. Un moment libre et recueilli qui ouvre plein de nouveaux horizons de métissages et de voyages.

Pour entendre l’interview des deux membres fondateurs de Azafea par Laurence Haziza sur Akadem, c’est ici.

 

Le Festival Jazz & Klezmer se poursuit jusqu’au 1ier décembre, pour lire notre interview de Laurence Haziza présentant la programmation, c’est ici.

visuels : YH

[Interview] Michèle Mercier : « à l’époque, on voulait y aller et y aller encore »
Gagnez 10×2 places pour le film « Marguerite & Julien » de Valérie Donzelli
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *