Musique
Une playlist de type maniaco-dépressif

Une playlist de type maniaco-dépressif

07 février 2021 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Nilüfer Yanya, Mister Zguy, Fanelly, Strange as angels et Crimi.

Quetzalcoatl — Crimi

C’est d’abord lancinant, une gangue de son ruisselante de cette boue électronique qui colle à l’intérieur des organes et puis dans la tête, tout particulièrement. Enfin ça s’arrange, ça s’épure grâce à la langue italienne et ces échos de cuivre tantôt lointains tantôt structurants qui accompagnent le morceau jusqu’à sa fin.

Charlotte sometime— Strange as Angels

Et puis ça revient, c’est une reprise, c’est insistant. The Cure il y a des années de cela, une sorte de tube sombre et mélancolique qui remonte ici totalement décontextualisé, féminisée, comme dans un rêve.

Crash— Nilüfer Yanya

Soudain tout bascule ; on se retrouve à la télévision américaine avec des stars en herbe. Au fond, ce que l’on voudrait devenir ? C’est un crash en plusieurs temps, haché par une rythmique pop-rock qui ne trouve jamais d’apaisement, qui ne sourit jamais et s’achève dans le mystère le plus complet.

 

It’s gonna make a little difference— Fanelly

Impossible au fond de se laisser aller, tout pourrait exploser à n’importe quel moment. On pense à Joni Mitchell et puis on se terre à nouveau dans des vocalises introspectives, dans un intérieur déchirant mais velouté. Est-ce que ça changera un jour, est-ce que quelque chose pourra faire la différence ?

I want you in my bed (feat. Th Da Freak)— Fantastic Mister Zquy

Et puis finalement contre toute attente, ça bouge, ça se détend. On peut, en effet, chanter comme ça vient, tout ou n’importe quoi enfin pas presque. Je veux, je veux, je te veux dans mon lit, susurré à la façon d’Adam Green ou mieux, de Grandaddy. On respire et la sérotonine se répand à nouveau.

Visuel : ©Crash— Nilüfer Yanya

 

Pourquoi faut-il absolument regarder « The Morning Show » ?
Avec « L’Oiseau-Lignes », Chloé Moglia nous conduit sur de somptueux chemins de traverse
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture