Pop / Rock

U2 fait escale à Bercy avec talent et engagement

U2 fait escale à Bercy avec talent et engagement

13 septembre 2018 | PAR Sarah Dray

Le mercredi 12 septembre 2018, U2 se produisait sur la scène de l’Accorhotels Arena de Paris dans le cadre de sa tournée européenne « Experience + Innocence Tour 2018 », de fin août à novembre. Pour l’avant dernière date parisienne, le public fidèle est venu nombreux écouter la musique et les propos engagés de Bono et de son groupe.

20h30 : entrée tonitruante sur la scène de Bercy. Deux grand écrans géants, font face aux tribunes latérales, les 4 artistes sont cachés derrière et apparaissent soudainement sur une passerelle volante lumineuse. Dès les premières secondes du show, le public en prend plein les yeux.

Le public est principalement un public fidèle, plutôt âgés de 40 à 55 ans. Ce qui est touchant, c’est qu’on voit aussi un amour pour le groupe qui est partagé familialement. Comme si les parents voulaient donner en héritage cet amour pour U2. On voit donc par ci par là, quelques enfants ou jeunes adultes qui sont venus accompagner leurs parents.

Dès les premières chansons et les images de manifestations et de guerre diffusés sur grand écran, on ressent aussi un fort engagement de la part de U2. Cet engagement, il n’est pas nouveau, il a toujours été là et il fait partie de l’ADN du groupe, mais on a l’impression que sur ce spectacle en particulier, Bono et ses compagnons ont voulu y mettre un accent tout particulier. « Sunday Bloody Sunday » sera le point d’orgue des chansons engagées qui seront égrainées pendant le concert.

Cet engagement, Bono le montre aussi en égratignant Macron dans des propos en anglais pas toujours compréhensibles avec l’écho de son micro. Il s‘en donne aussi à cœur joie en écharpant le Front National et fait largement l’éloge de la construction européenne et de la paix qu’elle a apportée sur le vieux continent.

Bien évidemment, devant un Bercy plein à craquer, U2 alterne entre nouvelles chansons et grands classiques de son répertoire. Le public déchainé met une ambiance de stade, il y a comme une « Rock and roll attitude » qui flotte dans l’air. Même dans les gradins, les gens restent debout. Tout est réuni pour une soirée exceptionnelle. Tout sauf le son qui n’est pas vraiment à la hauteur. Sur les ballades, ça va encore, mais sinon, il est trop saturé et ne rend pas justice à la belle voix de Bono, c’est un peu dommage.

La mise en scène est quant à elle majestueuse et très bien ficelée, entre les 2 scènes, la passerelle, les écrans géants, les jeux de lumières, tout est parfait. On retiendra une phrase de toutes celles projetées sur les grands écrans : « La sagesse est la récupération de l’innocence au fin fond de l’expérience », phrase qui résume parfaitement le message de la tournée et ce que Bono, The Edge , Adam Clayton et Larry Mullen Jr ont voulu transmettre au public.

Enfin, ce que le public retiendra de ce spectacle, outre les paillettes et la grandiloquence du spectacle, c’est l’émotion qui se dégage de la voix de Bono, l’enthousiasme intact du groupe, l’universalité du propos et des chansons, et cette capacité, à travers des notes de musique et une voix reconnaissable entre mille, à nous faire ressentir qu’on est seul dans la salle et qu’ils jouent et chantent juste pour nous , avec une émotion simple, pure et elle aussi universelle.

 

Une magnifique Martha dans « Qui a peur de Virginia Woolf » de Panchika Velez au Théâtre 14.
« Alphonse Mucha » au musée du Luxembourg : le succès malgré soi
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *