Pop / Rock
The Black Keys « DELTA KREAM » : un voyage intemporel aux racines du Mississipi Blues !

The Black Keys « DELTA KREAM » : un voyage intemporel aux racines du Mississipi Blues !

25 juillet 2021 | PAR Jean-Christophe Mary

Le légendaire duo d’Akron, Ohio, publie un album en hommage aux légendes du blues du Mississippi. Un fabuleux voyage sur les rives du Mississipi pour (re)découvrir ces artistes oubliés que sont  Junior Kimbrough, RL Burnside, John Lee Hooker et Mississippi Fred McDowell.

A peine sortis de la tournée la promo de « Let’s Rock » en décembre 2019, Dan Auerbach (chant, guitares) et Patrick Carney (batterie) se sont enfermés en studio à Nashville avec Kenny Brown et Eric Deaton, deux musiciens qui ont accompagné deux  légendes du blues:  Junior Kimbrough et R.L Burnside. L’idée ? Rendre la monnaie de la pièce à ces artistes qui ont inspiré les deux amis à leurs débuts. Il leur a fallu seulement 10 heures pour enregistrer ces titres au son graisseux et joyeux où la pédale fuzz s’en donne à chœur au milieu d’ingrédients rock blues vintage. Si on savait déjà à quel point leur son pouvait être brut, sale et rustique, avec Delta Kream le duo est allé encore plus loin.

11 brûlots blues rock

Voilà 11 brûlots blues rock truffés de guitares slide qui viennent transpercer le son rugueux du Mississippi. Et ce côté jam improvisation se ressent dès les premiers grondements de basse et batterie du « Crawling Kingsnake» (John Lee Hooker) en ouverture. La fusion des guitares voix sur « Stay All Night » capture de manière sensible l’essence même du blues. Il en va de même du « Sad Days, Lonely Nights » de Junior Kimbrough où les guitares ferraillent autour de la voix déchirante de Dan Auerbach. Derrière un tempo lent et régulier, les adaptations de « Louise », « Do the Romp » et « Walk with Me » paraissent fragiles et puissantes à la fois quand les harmonies vocales semblent planer en apesanteur au dessus de cette toile sonore rock blues psychédélique. On retrouve cette même sensation de lévitation hors du temps sur « Come On and Go With Me», avec cette voix envoûtante qui tantôt colle à la guitare, ou bien semble parfois être hors de contrôle. Sur « Going Down South » Dan Auerbach nous prend par surprise quand il monte dans haut les aigües avec cette surprenante voix de falsetto. « Coal Black Mattie » est une locomotive lancée à vive allure sur les rails du blues rock, une tournerie plus mélodique, plus addictive que les autres chansons. Il est impossible de passer au titre suivant tant la construction couplet refrain est totalement envoûtante, hypnotique. Difficile de décrocher. Résultat, on l’écoute en boucle, encore et encore…

La bande son idéal de l’été 2021

Le reste de l’album est calibré sur le même model : les arpèges de guitares télescopent les rythmes syncopées de batterie pour des tourneries de plus en plus entêtantes. « Delta Kream » est un véritable disque de blues-rock aux sonorités vintage qui combine les expériences musicales bien au-delà du cadre blues traditionnel. La bande son idéal de l’été 2021. A consommer sans modération.

« Delta Kream » (Easy Eyes Sound/Nonesuch Records)

  1. Crawling Kingsnake – John Lee Hooker
  2. Louise
  3. Poor Boy A Long Way From Home – R.L. Burnside,
  4. Stay All Night
  5. Going Down South – R.L. Burnside,
  6. Coal Black Mattie (Ranie Burnette)
  7. Do The Romp –
  8. Sad Days, Lonely Nights –
  9. Walk With Me –
  10. Mellow Peaches – Big Joe Williams
  11. Come On And Go With Me –
« Papic », quand la bande dessinée se glisse joliment dans les atours du spectacle
Pierre Notte donne un dernier souffle à Avignon
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture