Pop / Rock
Rover dans une cour de château pour le Sceaux Jazz Festival

Rover dans une cour de château pour le Sceaux Jazz Festival

03 juillet 2022 | PAR Margot Wallemme

Pour introduire la deuxième édition du jeune Sceaux Jazz Festival, organisé par la scène nationale Les Gémeaux, c’est Rover qui a été invité dans la cour du château de Sceaux. À la guitare et au chant, Timothée Régnier, alias Rover, s’est accompagné d’Antoine Boistelle à la batterie. Le duo s’est révélé intéressant mais pas unanimement convainquant.

La cour du château de Sceaux devient espace de festival pour quelques jours, invitant les habitants de la ville et de ses alentours à s’installer devant la grande scène éphémère. Le public s’est montré vraisemblablement réceptif à la musique de Rover, tout comme à son humour. Les spectateurs se sont vite levés des sièges pour se rapprocher de la scène et s’ambiancer sur cette musique mélodico-dynamique.

La musique oscille entre pop, rock, folk et musique expérimentale et les deux musiciens tentent de remplir l’espace en multipliant les effets. Quelques pédales loop s’ajoutent, le batteur se met parfois au clavier ou essaie de remplacer la basse par un sampling pad. Mais une oreille habituée aux riches compositions des albums de Rover peut se sentir frustrée.

Toutefois, les transitions musicales glissées entre les différents titres permettent aux musiciens de s’exprimer dans une libre expérimentation de couleurs sonores. Cela confère au concert une dimension originale et intéressante, le silence est laissé en attente, les sons se modulent et se fondent peu à peu pour faire émerger la prochaine chanson.

Problème caractéristique des concerts en plein air, un brouillard de sons fait malheureusement se mélanger la musique et on perd en qualité. Mais une fois l’équilibre entre la voix, la guitare et la batterie retrouvé, l’éclaircie permet de profiter de la sensibilité rêveuse de Rover. Le concert se termine par l’acclamation du public, Rover laissant l’auditoire en appétit de nouvelles chansons.

Rover inaugurait le festival de jazz de Sceaux qui se poursuit jusqu’au 3 juillet, accueillant Erik Truffaz, ou encore Ink. Plus d’informations ici.

 

 

 

Jefta van Dinther pour le meilleur et pour le pire à Montpellier danse
Avignon OFF : Un certain penchant pour la cruauté de Muriel Gaudin, mise en scène Pierre Notte
Margot Wallemme

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture