Pop / Rock

[Interview] Brigitte : « Pour nous, c’est naturel d’être sexy »

[Interview] Brigitte : « Pour nous, c’est naturel d’être sexy »

01 décembre 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Brigitte nous livre son deuxième album  À bouche que veux-tu.. Le duo mi fatal mi enfant à franges et lèvres rouges qui avait cartonné avec Et vous, tu m’aimes ? en 2011, offre ici une dose de sucré-salé bien amenée où de nombreux tubes se profilent dans une veine retro-disco. Tout est double ici. Et c’est une Brigitte à deux têtes que nous avons rencontrée au charmant  Hotel du Temps.

La mode est aux prénoms désuets, la mode est au désuet tout court. Est-ce que c’était mieux avant ?

Non, absolument pas. nous on trouve que c’est bien de construire avec beaucoup de choses, il ne faut pas oublier ce qu’il s’est passé, il faut s’en amuser, s’en nourrir, il faut connaitre ce qu’il se passe aujourd’hui. Il faut pouvoir fabriquer avec tout ça, ce n’est ni de la nostalgie, ni du jeunisme mal placé

En vous écoutant, j’ai pensé à une scène précise de Saint Laurent de Bonnello, quand il descend les escaliers de chez Régine, en diva, entouré de Loulou et Betty. Le glamour est-il encore vivant ?

Pour nous, oui, il y a du glamour dans la nuit. Nos nuits sont assez glam. On se le dit souvent. Quand on met de la musique dans notre tour bus ou dans notre loge qui peut ressembler à un bloc   algéco, on dit : la fête c’est nous. Ce qui fonctionne c’est la musique que tu mets, c’est l’atmosphère que tu y mets, le regard que tu poses sur les gens qui va faire que cette nuit sera glamour ou pas. C’est comme cela que l’on vit la nuit.

Brigitte est sexy, elle « ose jouir », « monte à l’étage », dis « je sais pas » alors qu’elle sait. Quelle est la recette d’une chanson sexy ?

Pour nous c’est naturel. Je pense qu’il y a avant tout une sensualité dans chaque rythme. C’est le tout qui fait que c’est sexy et sensuel. C’est un tout. La façon dont tu chantes, les paroles que tu racontes. Il y a une nonchalance, il y a toujours un côté au fond du temps dans la rythmique qui impose une langueur. Nous n’avons pas peur des paradoxes : on s’est beaucoup amusées à travailler des rythmiques très lourdes avec des voix très aiguës, comme des sirènes.

On sent qu’il y a une tentation du slow, je pense notamment à la chanson « le déclin », êtes-vous pour le retour du quart d’heure américain ? 

Résolument oui ! D’ailleurs les ados dansent le slow, j’ai appris cela il y peu. C’est le moyen le plus facile de se toucher quand on a treize ans.

Brigitte compose, écrit, chante.. est-ce la femme totale, la maman et la putain réunie ?

Oui, on peut faire nos courses en baskets, chercher ses gosses et le soir aller danser en talons. On peut même faire l’inverse : faire les courses en talons et aller danser en baskets

De qui Brigitte est-elle fan ?

De sa mère !

Brigitte, A bouche que veux-tu, Columbia, 2014

EN CONCERT
Dans toute la France à partir du 10 Octobre,
A Paris, à La Cigale le 19 Novembre – COMPLET
Nouvelle date parisienne à l’Olympia le 5 mai 2015

Visuel : ©Dimitri Coste

Les concerts du mois de décembre à ne manquer sous aucun prétexte
Casse Noisette à l’Opéra Bastille
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *