Musique

Nouveau clip de Kanye West, par Spike Jonze

18 novembre 2009 | PAR Mikaël Faujour

Quand se rencontrent l’un des plus singuliers artistes hip-hop/R&B de la décennie et l’un des réalisateurs de clips les plus recherchés, ça fait des étincelles. Voici « We Were Once a Fairytale », déroutant court métrage illustrant le morceau homonyme de Kanye West.

Dans le monde des musiques urbaines, Kanye West est un des artistes les plus singuliers et avant-gardistes. Producteur brillantissime et couronné de platine, il a bossé avec les plus grands (de Jermaine Dupri à son mentor Jay-Z, de Nas à Ludacris, Janet Jackson, Mos Def, Mariah Carey ou John Legend). Comme Isaac Hayes à la fin des années 60 était passé de la prod au micro, Kanye West se lance en tant qu’artiste en 2004, avec The College Drop Out, un des meilleurs albums hip-hop de la décennie, dont l’enregistrement s’étale sur quatre ans (1999-2003). Depuis lors, quatre albums sont sortis, tous couronnés de succès tant critique que commercial, chose remarquable pour ce musicien hors des sentiers battus et paroles rebattues du hip-hop dominant.

Brassant toutes sortes d’influences (pop, soul, R&B, electro, rock…), Kanye West est relativement inclassable tant il décloisonne les genres, clamant son intérêt aussi bien pour Led Zeppelin ou The Killers. Qu’il s’agisse encore de l’artwork, avec un nounours (!) récurrent sur les pochettes ou des paroles, l’artiste se distingue. Loin du bling-bling pur et dur de 50 Cent ou des artistes du répugnant crunk, K. West parolier développe un art de la narration & aborde des sujets existentiels ou parfois politiques, avec une intelligence d’écriture qui manque souvent au genre.

Après 4 singles issus de 808s & Heartbreak, « We Were Once a Fairytale » s’avère un titre à part, donnant lieu à un projet cinématographique arty très convaincant. Kanye West a sollicité Spike Jonze, réalisateur connu notamment pour Dans la peau de John Malkovich, ainsi que les nombreux clips qu’il a réalisés. Autour de la chanson, ils conçoivent ensemble un scénario de court métrage. On y voit un Kanye West lourdement alcoolisé errer seul, avec une hilarité de désespéré, dans un club. Filmé largement en plans serrés, jouant des flous et de la caméra subjective, le court-métrage est tout simplement excellent et fait encore une fois honneur au musicien, l’un des plus passionnants des musiques urbaines américaines.

27e Festival du film d’environnement
La ménagerie de verre au Théâtre de la Commune : la famille Winfield fait son cinéma
Mikaël Faujour