Musique

Live Report : The Fitzcarraldo Sessions au Bataclan

17 février 2010 | PAR Mikaël Faujour

Alors que le superbe album We Hear Voices est paru en octobre, le projet collaboratif des musiciens de Jack the Ripper ne commence à faire du bruit que depuis quelques semaines. Après un passage à France Inter, c’est au Bataclan qu’il donnait hier soir un concert exceptionnel devant une salle comble et un public comblé.

Faut-il revenir une fois de plus sur leur excellent album, que nous vous avons déjà vanté ? Jack the Ripper étant orphelin – temporairement ? – de son chanteur, les musiciens ont convoqué des artistes de talent, de Joey Burns (Calexico) à Craig Walker (ex-Archive), en passant par Moriarty, Syd Matters ou Stuart Staples (Tindersticks).

Avec un tel casting, il était évident que les Fitzcarraldo Sessions seraient davantage voués à ne constituer qu’un projet de studio, difficilement transposable sur scène – du moins pas pour une tournée.

C’est donc avec joie que nous avons pris connaissance de cette soirée exceptionnelle au Bataclan, à laquelle ont pris part plusieurs collaborateurs du projet. Parmi les grands noms, Craig Walker et Dominique A. L’un et l’autre ont donné des performances à peu près parfaites, Walker concluant même au micro la soirée avec une reprise du grand classique de son ancien groupe (Archive) : « Again », excellemment réarrangé. Le public, évidemment, ne pouvait qu’être ravi.

Jonathan Morali (Syd Matters) a offert également une performance de haut vol, reprenant bien sûr « Waves », qu’il interprète sur We Hear Voices et remplaçant avec maestria l’absent Joey Burns sur « As You Slip Away ».

Phoebe Killdeer, après avoir repris sans grande force un titre du répertoire de Jack the Ripper, a envoyé la sauce avec son excellent « The Gambler », confirmant un sens du swing qui déjà frappait sur l’album. Moriarty étant, hélas ! absent, c’est elle aussi qui reprend « Alice & Lewis » devant un public particulièrement ravi par ce single arrivé tardivement dans le set. Cleo T, avec qui Fitzcarraldo Sessions nous avait accordé une session vidéo en novembre, apporte la touche glamour et délicate qui la caractérise, notamment pour l’impeccable « Drawing Down the Water ». Chapeau aussi à l’excellent « El Hijo », qui a repris les titres des absents Stuart Staples (Tindersticks) et Blaine Reininger (Tuxedomoon), ainsi que sa propre chanson « All the Mirrors Are Covered By Snow », avec une classe impériale.

Seules, peut-être, les performances d’un Paul Carter chantant faux auront quelque peu déçu. Mais cela pèse bien peu par rapport à un concert qui fut à la hauteur des espérances suscitées par le très, très recommandable We Hear Voices.

Infos pratiques

Rétrospective Yves Saint Laurent au Petit Palais
Fêter l’année du Tigre
Mikaël Faujour

One thought on “Live Report : The Fitzcarraldo Sessions au Bataclan”

Commentaire(s)

  • Renée Augusta

    Les musiciens et les interprètes chanteurs de cette soirée du 16 février 2010 ont envoûté le public tantôt grisé par le swing tantôt par les mélodies. Le jeu des musiciens, cette puissante trompette et ce violon sensible, la connivance entre eux et les chanteurs, les voix en particulier de Jonathan Morali et Phoebe Killdeer, tout a contribué au voyage féérique où ces artistes nous ont emmenés. Un grand merci à TOUS et un instant que je souhaite revivre et faire partager à des amis !

    février 17, 2010 at 21 h 00 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *