Musique
[Live Report] : Frida Hyvönen au Festival ÅÄÖ à la Maroquinerie (14/05/2012)

[Live Report] : Frida Hyvönen au Festival ÅÄÖ à la Maroquinerie (14/05/2012)

15 mai 2012 | PAR Yaël Hirsch

Hier soir, dans le cadre du Festival ÅÄÖ, la Maroquinerie revêtait des couleurs suédoises : blondeur, fraîcheur de printemps, design aux murs, menu et cocktails spéciaux, ainsi que couronnes de fleurs peuplaient la jolie cour du lieu en effervescence. Au sous-sol, sur scène, deux égéries de la scène contemporaine suédoise se sont succédées : Jennie Abrahamson et Frida Hyvönen. Quelques grammes de cheveux longs et de voix hautes perchées dan un monde de bruit et de fureur…

Définitivement Folk, cheveux bruns néo-hippie, c’est très bien entourée que la superbe voix de Jennie Abrahamson a envoûté une Maroquinerie très calme et très concentrée. Textes en anglais et nostalgie de circonstance!

Petit pause, le temps de déguster un cocktail vodka-sureau griffé ÅÄÖ et Frida Hyvönen entre en scène accompagnée de son fidèle guitariste et … habillée en superhéroïne, combinaison noire en latex, petit gilet jaune layette et grande cape dorée. Elle aussi, fraicheur scandinave oblige, a une couronne de fleurs dans les cheveux.

Star nationale depuis une dizaine d’années, la chanteuse a développé un art qui puise autant dans son journal intime que dans les rythmes saccadés des années 1980. Le résultat est tout simplement bluffant de diversité: accrochée à son piano et maitrisant parfaitement les soubresauts de sa voix plastique Frida Hyvönnen transmet des kilomètres d’émotion… en anglais. Il y a la mort de sa grand-mère, une chanson pour sa meilleure amie, une chanson d’adolescence sur les revers de la liberté sexuelle, et même un peu de disco nostalgique avec des titres comme « Terribly dark » extrait de son dernier album, « To the Soul » (2012).

Aussi généreuse que perfectionniste, la jolie super-chanteuse a fini par au moins quatre bonus, dont « Dirty Dancing » et  en guise d’élégant au-revoir, « saying goodbye ». Et à tout bientôt on espère.

Entretemps, le festival ÅÄÖ continue, lui, jusqu’à demain soir. Toute la prog ici.

La rupture de Norah Jones !
Les trois vernissages des 15, 19 et 20 mai
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture