Musique

La playlist popopopop

La playlist popopopop

20 octobre 2019 | PAR Antoine Couder

Cette semaine, Sônge, Gambi, Lil Tjay, Estelle Meyer, et Yolande Bashing.

Crépuscule des Dieux — Sônge  

Le titre sonne wagnérien et l’intéressé peut-être souscrira à la fantaisie héroïque de quelques belles princesses des ténèbres. Tout est possible dans ce collage sensible façon Frieda Kahlo qui tient ferme la couronne d’un R’nbe à l’aise dans ses baskets underground.

 

Popopopop — Gambi  

Parce que vous ne pouvez pas passer une semaine de plus à ignorer le phénomène Gambi, Bambi « cache cache dans l’froc froc » pour rester dans le registre du jeune ou plutôt très jeune homme. Grosse pression sur la programmation radio. Et dire que les statistiques d’écoute ne prennent pas en compte les moins de 13 ans.

Hold on — Lil Tjay  

On passe la limite légale de la majorité côté South Bronx pour retrouver à peu près la même histoire en plus convenu, dans sa tension good and bad, entre Disney et gangsta; tout ce qu’il faut pour aider aux likes des doigts de la jeunesse sur de vieux smartphones à écran émietté et au verso pailleté. Hold on, attendez un peu, gardez un peu d’attention pour la suite.

Claude — Yolande Bashing

Ah voilà le chouchou de la semaine qui coupe la poire en petites parts égales, Claude François mélancolique et clubbin’ sombre pour faire suivre un plongeon à la guitare électrique du meilleur effet. Et là, tout se brouille dans une clameur electro aquatique où les pilules de la nuit se mélangent avec la télévision, Jean-Pierre Pernaut et la décapotable. Soudain Claude devient fascinant.

Pour toutes mes soeurs — Estelle Meyer

Si tu ne peux pas, je vais le faire à ta place : danser, aimer et puis jouir putain, jouir. Estelle envoie la purée entre cabaret berlinois et proto scat de diva jazz. C’est tél-Lu-Rique quasiment étudié pour Marlene Schiappa qui va a-do-rer ! Ça vous gêne ? Nous, pas du tout.

Visuel : capture d’écran -Crépuscule des Dieux — Sônge  

Alicia Alonso. La disparition d’une figure méphistophélique.
« Jouir, En quête de l’orgasme féminin » de Sarah Barmak
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *