Musique

La playlist du printemps

La playlist du printemps

24 mars 2019 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Vendredi sur Mer, Dharma Jerk, Alti Gün, Anne Paceo et Sylvain Fesson.

 Chewing-Gum — Vendredi sur Mer

Attention danger, on va vite se laisser emporter par cette potion très réussie qui combine un peu de l’impératrice et un concentré de Mylène Farmer. Le flow est formidable, métabolisé par la variété moderne et les effets d’écho. Quant au texte, oui on peut le dire, il est tout simplement fascinant. Dans ces moments-là je/je ne sais pas/je crois que s’aimer ne/je crois que s’aimer ne suffit pas. Un double effet Kiss cool dans un mâchonnement de chewing-gum.

Sweet Stalker – The Dharma Jerks

On va pas se laisser complètement embarquer par la variétoche car Paris brûle toujours de mille feux glam rock, empreints de références US (Flying Burritos de Grams Parson, Modern lovers première période, plus près de nous Tim Presley de White Fence) qui jouent de nonchalance pour décontextualiser/recontextualiser les origines de cette délicieuse dérive rock qui mérite — c’est sûr — d’être entendue à peu près tous les jours.

Bright shadows– Anne Paceo

Pas tout à fait une inconnue la batteuse Anne Paceo. Résidente du festival de Jazz «Sous les pommiers», compagne de route de Jeanne Added et Mélissaux Lauveaux, elle s’entoure ici de quelques brillants musiciens et chanteurs qui flirtent avec les sons d’Afrique de l’Ouest ramenés à la surface d’un phrasé pop jazz du meilleur effet. On danse.

Süpürgesi Yoncada — Altin Gün

Je l’avoue, ce sont mes chouchous. Une bande d’Anatoliens plus ou moins installés aux Pays-Bas (et dans la mouvance de Jacco Gardner) qui dégaine un psyché rock orientale du meilleur effet. Jouissif, coloré et bientôt en France, cette musique lumineuse consiste en quelques arrangements des morceaux des années 60 et 70 avec ce petit quelque chose en plus qui va faire vibrer les contrées ouest-européennes. Tout le contraire du kitsch. 

Sächer Masoch — Sylvain Fesson

Mourir pour des idées, l’idée est excellente et elle l’est d’autant plus lorsqu’elle est menée à son terme par un poète libre penseur, qui depuis quelques années s’est embarqué dans la composition  et qui semble là approcher ce qui pourrait être son style (au sens de Ferré, ton style c’est ton …). Contenu et forme, image et spoken Words relevé. On salue l’élégance en attendant la suite.

«  visuel : couverture vendredi sur mer

Remède festif anti-morosité à l’Atelier.
Une belle redécouverte baroque à Nancy
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *