Musique

La playlist douce et sauvage

La playlist douce et sauvage

10 juin 2019 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Isaac Delusion, King Princess, Max Romeo, La Féline et Perrine en morceaux.

Cheap Queen — King Princess

Bienfait de la culture queer sur la pop music, cette petite détonation d’époque, lien élégant entre les politesses du marketing mondial et la réalité des conditions minoritaire. Déjà fêté en streaming libre, Mikaela Straus poursuit sa route sur le label de Mark Ronson avec ce qu’il faut de big-Up.

Fancy — Isaac Delusion

La pop toujours, celle qui se fabriquait en France au début des années 10 et qui subsume ici, dans cette fantaisie, le goût vaporeux du passé, adolescence et tutti quanti, quand tout ce qui arrive prend des proportions délirantes… Are you trying to love me ? Envie d’un peu de calme dans son verre d’eau sucré.

Palmiers sauvages — La Féline

La pop encore, fruitée et ondulante, et qui évolue doucement vers une sorte de Rn’b caché derrière son trip hop vintage. Voilà longtemps que la Féline tourne autour de ce chant vibratoire mis au service d’une note beaucoup plus électronique, ambiant et immobile. C’est fois on y est presque.

Je voudrais — Perrine en morceaux

La pop enfin, pour faire l’amour dans cette urbaine ambiance d’Emo-rap français. PNL sans programmation neuro linguistique mais plutôt en Pénétration non limitée. «Je ne savais pas si je pouvais y arriver» dit l’artiste, ni au porno classe ni au pop pop». À vous de jouer.

The farmer’s story — Max Romeo  

Et pour finir un revenant des profondeurs rastafari, de la légendaire épopée du reggae, de «wet dream» en «One step foward», le grand Max Roméo nous régale de l’une de ses rares apparitions dans son costume de fermier jamaïcain qu’il arbore dorénavant entre deux séances de studio.

 

 

 

Petit éloge de la nuit avec Pierre Richard à La Scala de Paris, une messe laïque.
La tante Caroline laisse un sacré testament – et Roussel aussi !
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *