Jazz
Stick&Bow, Piazzolla, Beytelmann : Veni, Vola, Veni un concert au bal Blomet

Stick&Bow, Piazzolla, Beytelmann : Veni, Vola, Veni un concert au bal Blomet

21 avril 2022 | PAR Jacques Emmanuel Mercier

Astor Piazzolla est sans doute le plus grand musicien de tango de la fin du siècle dernier. La plus célèbre musique argentine ici ne se danse pas, elle s’écoute au son d’un piano, un violoncelle et d’un marimba. Une rencontre entre Stick&Bow et Gustavo Beytelmann au bal Blomet ce mercredi 20 avril.

Le tango sous une nouvelle forme

Gustavo Beytelmann est un pianiste, un grand pianiste. Argentin, il a fui la dictature argentine pour la France et accompagne Astor Piazzolla légende du tango lors de ses tournées européennes. Quelques années plus tard, Juan Sebastian Delgado membre du duo Stick&Bow avec Krystina Marcoux, le rencontre et décide de faire un disque avec lui. C’est donc une histoire de transmission, quasiment d’héritage, mais avant tout de rencontre entre des musiciens talentueux, pour un concert qui s’est tenu au Bal Blomet.

Une histoire de rencontre(s)

Rencontre, c’est comme ça que l’on pourrait définir leur musique. Un mélange des styles forts, émouvants. Un travail sur la rencontre des générations, des instruments, des styles. Comme le disait Gustavo Beytelmann avant le concert « Le tango était un élément culturel, aujourd’hui, c’est un produit culturel ». Sûrement, que cette rencontre est un échange culturel entre le Québec, l’Argentine, une ancienne et une nouvelle génération. Un travail sur Piazzolla, qui sera disponible en album en juin 2022 normalement. Un travail d’hommage sur des créations du maître du bandonéon.

 

10 titres donc, joués durant ce concert, qui seront disponibles sur l’album. Un tango qui s’écoute. Une manière de se réinventer. Un travail sur les dissonances et sur l’échange, les beautés de l’échange entre les peuples. Il est important de noter que la vie et la création d’Astor Piazzolla sont marquées par le voyage, la rencontre. Des titres qui mettent particulièrement en avant Gustavo Beythelmann et son aisance au piano. L’Argentin a composé cet album. Lui dit que c’est Piazzolla surtout qui l’a composé. C’était la première fois que le trio jouait ensemble devant un public et sûrement que cela permet d’expliquer des petites approximations parfois. On leur pardonnera à l’écoute de Picasso, un des morceaux et de Rio la Seina un autre particulièrement touchant que l’on a hâte de retrouver sur leur album.

Un concert qui a le mérite de donner une approche nouvelle au tango. Loin des classiques airs que l’on connaît tous. Un album nommé Piazzolla, Beytelmann : Veni, Vola, Veni que l’on attend donc fait par un trio doué pour la musique qui une approche saisissante de la musique. 

crédit photographie : affiche du spectacle 

Agenda des vernissages de la semaine du 21 avril
E 1027, récit d’une renaissance architecturale
Jacques Emmanuel Mercier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture