Musique

[Live report] « La Passe Interdite » de Yanowsky envoute la Salle Gaveau

[Live report] « La Passe Interdite » de Yanowsky envoute la Salle Gaveau

30 janvier 2014 | PAR Alice Dubois

Loin de son ami le pianiste Fred Parker avec qui il forme le duo Le Cirque des Mirages depuis une dizaine d’années, Yanowski se lance dans un spectacle solo et quitte un instant l’univers expressionniste des cabarets allemands pour voyager de l’Europe de l’Est jusqu’en Argentine. Un nouveau tour de chant truculent qui a conquis la Salle Gaveau.

[rating=5]

Yanowski-

A peine entre-t-il sur scène que déjà le public est aux aguets. De sa longue silhouette mouvante et étriquée, au khôl baveux qui s’étale autour des yeux, il est reconnaissable entre mille. Nouveau projet certes mais personnage identique: il n’y a pas de doutes, Yanowski est de retour.

Poète, compositeur et interprète, cet inégalable conteur d’histoires nous embarque sans préambule des bas-fonds enfumés de Bratislava aux Milonga argentines, là où les escrocs et les putains se noient dans la vodka et la chaleur des corps. Histoires fantastiques, effrayantes, grinçantes ou érotiques, les 12 chansons du récital émeuvent par la puissance des mots et le charisme de l’interprète. Accompagné par deux excellents musiciens, Cyril Garac au violon et Samuel Parent au piano, inspiré par Gustavo Beytelmann qui signe les arrangements, Yanowski se meut dans une multitude de personnages toujours plus fantasques, toujours plus enivrants. Et comme par magie, entre tangos endiablés et musiques tziganes envoutantes, le temps devient confus, les frontières se dissolvent…

Jouissive, entre folie et rêverie, sauvage et excitante, La Passe Interdite raconte avec fougue la solitude des hommes, l’aventure, le voyage et les désillusions. Drolatique, étrange et plus intime que les précédents, ce spectacle, trop court, nous rappelle qu’au-delà de l’ivresse et des passions, « C’est fragile la vie d’un homme… »

 

La Passe Interdite, de Yanowski

Salle Gaveau – 45 rue de La Boétie 75008 Paris

Mercredi 29 et jeudi 30 janvier 2014, à 20h30

Visuel ©: Affiche du spectacle

Infos pratiques

Musée d’Art Moderne – Paris
Artémis Estimations
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *