Jazz

Guy Mintus enchante le Sunset avec Jazz’n Klezmer

Guy Mintus enchante le Sunset avec Jazz’n Klezmer

28 novembre 2019 | PAR Yaël Hirsch

Après une ouverture renversante à la Synagogue de Copernic avec Yonathan Avishai et Avishai Cohen la veille, mercredi 27 novembre 2019, les 18 ans de Jazz’n Klezmer se sont poursuivis au Sunset avec un concert intimiste du pianiste israélien Guy Mintus, venu en solo.

Alors qu’il vient de composer la musique du documentaire Fiddler : Le miracle des miracles, Guy Mintus nous a conviés à un tour du monde avec une influence majeure du « violon sur le toit » sur ce tour de chant-piano solo intimiste.

Tonnerre, son oriental, tout en caresse, le piano  de Guy Mintus s’électrise soudain en une pluie de notes. L’on commence avec Un violon sur sur le toit et l’on sait que l’on finira par « Rhapsody in Blue » mais entre-temps, le chemin est délicat et plein de  virtuosité, entre impro et classique. Les doigts  de Guy Mintus courent sur le clavier. Les rythmes bougent sans cesse, dans un grand collage où le pianiste reprend son souffle à chaque fois qu’un nouvel univers est convié. Il parle aussi, beaucoup, en anglais, le « citoyen du monde » né en Israël de racines métissées et vivant à New-York exprime son bonheur de jouer en piano solo et à Jazz’n klezmer qui l’a révélé à Paris il y trois, avant de s’engouffrer dans un Chopin très personnel.  Il poursuit par sa propre composition « Our journey together »  qui parle des violences de l’l’été 2014 dans une sensation romantique de fin du monde. L’émotion monte quand Mintus chante et s’aide de réverbération pour parler de paix quelque part entre la tradition religieuse et orientale : « Evenou Shalom ». 

Dans la salle plein et attentive du Sunset,  le pianiste demande au public  un mouchoir pour éponger sa sueur. Puis enchaîne sur une superposition de voix enregistrées et joyeuses qui forment une balade qui s’étire en  sifflotements joyeux. Mintus explique que c’est un titre de son nouvel album « Connecting the dots ».  En final de la première partie, nous sommes revenus au Violon sur le toit et sur le thème de la transhumance avec l’adieu de la fille au père que les pointillés pointus et assez rétro de l’artiste ont connecté à un Chopin fougueux.

Après une joyeuse pause faite de signatures du disque, Guy Mintus reprend du service derrière son immense Yamaha, pour une deuxième heure de voyage. Cela reste très romantique, dans un fil qui se tend toujours entre Chopin et u-Un violon sur le toit, c’est aussi  follement amoureux quand il raconte un shidour comme une blague yiddish chantée-parlée : « Hey Golda do you love me ? »… Le mordant est dans la queue de ce Sprachgesang très bien mené. Il retourne à son boitier et à des couches d’enregistrement pour proposer la chanson mélancolique du Shabbat du violon sur le toit qui fait penser à un grands paysage de désert. Le final, comme annoncé, a été Rhapsody in blue sur un mode puissant, intense, éclaté et éclatant. Mintus  l’a transformé en un de ces patchwork fous dont il a le secret… En bis, après deux heures de concert, le talentueux et généreux musicien a donné un avant goût de son prochain show parisien avec « Shir Eres ».

Guy Mintus sera donc à nouveau en concert avec Jazz’n Klezmer dimanche prochain à la Maison de la culture de Nogent sur Marne. Il le sera dans un tout autre programme, mettant en avant deux grandes voix de la chanson israélienne : Sasha et Zohar Argov. Réservations, ici. 

visuel : YH

Les Noces de Figaro au Théâtre des Champs-Elysées : comment triompher avec classicisme
L’agenda vernissages de la semaine du 28 novembre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *