Jazz
Ecoutez en avant première la playlist du Festival Jazz Sur Seine !

Ecoutez en avant première la playlist du Festival Jazz Sur Seine !

05 octobre 2020 | PAR Anne-Sophie Bertrand

Du 09 au 24 octobre, l’association Paris Jazz Club organise son traditionnel festival Jazz Sur Seine, véritable bouillon d’une culture jazz haute en couleurs. 20 clubs à l’identité forte ont répondu présents afin de vous présenter plus de 150 concerts dans toute l’Ile-de-France, portés par 450 artistes prêts à éveiller vos sens.

Poney Jungle / RP Quartet 

Les comparses du RP Quartet provoquent la rencontre singulière de l’âge d’or du Jazz américain et de la tradition Manouche. Avec trois albums au compteur, dont le remarqué « Chicken Do It », ces jeunes virtuoses interprètent les répertoires de Monk, Coltrane, Mingus, ou encore Bernstein dans le style de Django… « Hot » !

 

Present / Joachim Govin 

Contrebassiste très actif sur la scène jazz française depuis plusieurs années, Joachim a joué avec Tony Tixier,Thomas Enhco, Anne Pacéo, Laurent Cugny… Il s’est désormais installé comme une référence pour qui aime les rythmiques aventureuses regardant aussi bien vers la modernité que la tradition.

 

Exit / Slim Abida

Véritable caméléon musical, Slim Abida joue du métal, du reggae du gnawi, du jazz et bien d’autres styles. Il appartient au cercle fermé des artistes confirmé en Tunisie.

Fréquence basses est une illustration instrumentale du regard que porte Slim Abida sur la vie. Au cœur du projet, la guitare basse, autour de laquelle gravitent des instruments occidentaux et orientaux. Il s’agit d’une musique profondément humaniste, avec comme mots d’ordre tolérance et individualité plutôt qu’individualisme.


 

Et ainsi va la vie / Sarah Lancman 

Avec cet autoportrait dans sa ville natale, Sarah Lancman signe aussi un manifeste, qui montre une chanteuse, autrice, compositrice et pianiste dessinant sa voie entre deux langues et plusieurs genres, entre félicité et mélancolie, entre pureté et virtuosité, entre enracinement et échappées. Mais c’est ainsi qu’elle est parisienne, dans l’emmêlement de ses racines et d’un jazz cosmopolite.

 

Sticks and Branches / Isabel Sörling

Née en Suède à Ulricehamn, en 1987, Isabel Sörling vit et travaille en France, participe à de nombreux projets musicaux et transdisciplinaires. Souvent associée à sa consœur Linda Oláh, elle s’en distingue pourtant par une couleur plus claire, une appétence pour les textes poétiques et les contextes classiques. Capable, de passer de la comptine pour enfant en suédois à un chant folklorique de la guerre de Sécession, la vocaliste se moque des frontières, des genres et surtout de la routine.

 

Beauté / Alexis Valet Quintet

Alexis Valet fait partie des nouveaux visages de la scène jazz française. Sideman accompli, il s’impose aussi comme leader. Tout fraichement enregistré au studio de Meudon, son premier album à comme invités Magic Malik, Romain Pilon et Hermon Mehari. Ses compositions, souvent à tiroir, puisent leur inspiration dans des musiques aussi diverses que le jazz contemporain, le hip hop, le freejazz ou encore l’electro, tout en gardant un pied dans la tradition du jazz.

 

MISEMO / Monsieur MÂLÂ

Monsieur MÂLÂ, conteurs d’histoires sans texte, peintres du son, laissent libre l’imagination et l’interprétation de chacun. Le groupe parisien à l’univers aux couleurs uniques invite au voyage, à la transe, au rêve et à la danse. Il explore à travers sa musique des atmosphères envoutantes, empreintes d’une originalité excitante.

 

SANBLE / Véronique Hermann Sambin

Titre d’un poème amérindien, SKY LOOM signifie « métier à tisser reliant la Terre au Ciel ». Ce nouvel album s’inscrit dans l’action, au-delà du dire et de l’émotion. C’est la bande-son du projet culturel et pédagogique « TEXT’ILES » dont l’objectif est de faire redécouvrir l’art du tissage en Guadeloupe et dans les Caraïbes. Amorce d’un nouveau récit, bâtisseur, poétique, cet opus est né du désir de la chanteuse de faire vivre un savoir-faire oublié, que les amérindiens, les africains et les indiens n’ont guère eu le loisir de perpétuer aux Antilles.

 

Elastic love / Yusan

Une histoire d’amitié qui se traduit en musique et par le désir de composer ensemble. Yusan, qui signifie héritage en coréen, fait voyager son jazz, des musiques caribéennes, aux rythmiques africaines, en passant par la chanson, les sonorités gospel et les musiques urbaines. Une alliance évidente pour ces artistes aux identités fortes, qui partagent un socle commun : des influences qui se rencontrent, une complicité et l’envie d’un métissage musical !

Pa janmen oubliyé / Abraham Réunion feat Tilo Bertholo & Adriano Tenorio

L’aîné Zacharie est contrebassiste, Cynthia la cadette est chanteuse et Clélya la benjamine est pianiste. Bercée de musique depuis l’enfance, la fratrie Abraham se produit sur scène avec une grande complicité. Le batteur Andy Berald-Catelo vient compléter subtilement la magie. Ils partagent ensemble une vision commune du jazz et de la musique en général : un appel à la persévérance, à l’optimiste et à l’ouverture, sans oublier un solide ancrage caribéen !

 

 

A certain trip / Guillaume Perret

Guillaume Perret est un découvreur de sons. Il sculpte le son de son saxophone avec des pédales et des effets électrifiés pour amener ses notes vers un univers surprenant et inclassable, qui nous invite au rêve, distordant les sonorités pour les rendre étrangement musicales.

Sa musique ne s’inscrit pas dans un genre, elle fait appel à nos sens. Il s’agit d’une innovante mixture de jazz contemporain, de grooves funky, d’electro, de sonorités orientales ou de metal hurlant… une musique hybride, troublante, envoûtante, évocatrice d’images et de sensations.

Mental Climbers / CHRONES

Né de la rencontre de quatre musiciens de la jeune scène parisienne biberonnés aux groupes de Rock des années 90/2000 (Nirvana, Blonde Redhead, Sonic Youth, Deerhoof, Pantera…), CHRONES couple ces influences à une culture du Jazz et de l’improvisation pour créer un son massif, incisif et surprenant. Un premier album « Mental Climbers » paraît en juin 2020 sous le label Art District Music.

 

Extrait de « Song For » / Noé Huchard

À tout juste 20 ans, Noé Huchard est une graine de virtuose. Omniprésent sur la scène Jazz parisienne, il est proche du Zoot Collectif et côtoie régulièrement Rick Margitza, Nicolas Folmer, Thomas Bramerie ou Riccardo Del Fra. Optant pour la formule du Trio, le pianiste nous présente ce soir son premier album : « Song For ». Prometteur.

 

PHANTOM / Bada-Bada

Bada-Bada est un combo qui mêle ambiances électroniques planantes, beats hip-hop et Jazz 2.0. Une musique lyrique et organique, qui fait corps avec les machines et percussions, pour mener le spectateur vers la transe, dans un sentiment de liberté et de partage. Défendre une musique libre, sans codes, dépourvue des ancrages consensuels, sont les maitres mots. Ce trio, formé à Paris en 2014, est un mélange explosif, mélangeant les sons acoustiques et électroniques avec un important travail de recherche.


 

Sea Elle / Ludovic Ernault

Ludovic Ernault, originaire de Rennes, fait partie des jeunes saxophonistes les plus intéressants que l’on puisse écouter aujourd’hui sur la scène parisienne. On sent qu’il a écouté ( et digéré) les grands maîtres. On entend dans ses chorus la marque de Lee Konitz mais aussi celle de Mark Turner, en particulier dans cette manière de creuser l’harmonie par le haut ! Ces influences se traduisent par un séduisant mélange de lyrisme et d’abstraction, une manière très personnelle d’allier la force et la faiblesse.

 

LAS / Grégory Privat

Gregory Privat construit un univers hybride où cohabitent et se mélangent jazz, musiques caribéennes et musiques électroniques, piano et synthétiseur, héritage du trio jazz, tradition classique et chanson. Pour la première fois, Grégory Privat se révèle aussi comme chanteur et apporte une dimension vocale entre l’instrumentale et le narratif qui donne à sa musique une force affective plus importante que jamais. 

 

 

Festival 7.8.9. : « Les Justes », jusqu’où iront-ils pour servir leurs idéaux ?
Un saisissant portrait de la Colombie au Festival Biarritz Amérique Latine
Anne-Sophie Bertrand

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *