Musique

Gun N’Roses: Toute une époque

09 juin 2010 | PAR Tristan Karache-Prudent

Les Guns ayant pour leitmotiv « Sex, Drugs and Rock ‘n’ Roll » dans tous ses excès est un groupe devenu une référence dans le monde de la musique. Avec des titres légendaires comme « Welcome to The Jungle » ou « Knockin’ on Heaven’s Door », la formation a su se hisser au rang de star internationale au même titre qu’Iron Maiden ou Anthrax.

Tout débute avec la chaleur de l’été 1985 à Los Angeles (Californie) lorsque le groupe d’Axl Rose et celui d’Izzy Stradlin respectivement nommé L.A. Guns et Hollywood Rose fusionnent pour donner naissance aux Guns N’Roses (raccourci par G N’R parfois). La formation d’origine est constituée d’Axl Rose qui s’auto-proclame leader et s’occupe du chant, du batteur Rob Gardner et des guitaristes Izzy Stradlin et Tracy Guns. Les cinq débarquent donc dans un univers musical dominé par la pop avec pour fer de lance un rock glauque et gueulard et leur comportement violent, déroutant mais parfois sensible. Leurs influences oscillent entre le rock d’Aerosmith et d’Alice Cooper et le punk des Sex Pistols pour finalement donner ce que l’on connait, un style qui leur est propre. Rapidement, le guitariste Slash qui n’avait pas été accepté au départ pour son côté trop blues et le batteur Steve Adler remplacent Tracy Guns et Rob Gardner et commencent à faire quelques concerts dans les Etats-unis.

Ayant en commun le fait d’avoir émigré en Californie pour devenir des rock stars, les cinq intéressent de plus en plus les industriels de la musique et finissent par signer avec Geffen Records avec lequel ils enregistrent en 1986 un EP intitulé « Live ?!*@ Like A Suicide » qui mélange live et création (devenu entre temps un objet rarissime). Entre quelques rails et cuites régulières, les membres du groupe se mettent à la production d’un véritable album. C’est ainsi qu’en 1987 est né « Appetite for destruction » dont la pochette originale fut censurée et remplacer par la représentation d’un tatouage d’Axl. Le groupe est propulsé directement au sommet de la gloire avec des titres phares qui sont « Welcome To The Jungle« , « It’s so Easy« , « Sweet Child O’Mine » et « Paradise City« . L’album est splendide avec des mélodies étonnantes appuyées par une rythmique précise et claire et atteint la première place des ventes (25 millions d’exemplaires vendus). Le guitariste Slash avec ses rifs enchanteurs et dynamiques gagnent en charisme jusqu’à devenir l’icône du groupe devant le chanteur Axl.

Dés lors ils commencent à jouer en compagnie d’autres groupes tels que The Cult, Mötley Crüe, Whitesnake, Iron Maiden, Deep Purple et notamment aux côtés de leurs idoles Alice Cooper et Aerosmith. Lors de leur premier festival à Denington où y jouèrent également Kiss, Anthrax et Iron Maiden, sous les mouvements de la foule, deux personnes meurent piétinées et la prestation du groupe est affaiblie par cet incident. Fort de leur notoriété, les membres apparaissent dans le film the Dead Pool (La liste noire en français) au côté de Clint Eastwood dans la peau de l’inspecteur Harry. Fin 88, le groupe toujours sur la lancée enregistre un mini-album à base de dynamite titré « G N’R Lies » dans lequel on retrouve les chansons de leur EP plus quatre nouveautés.  La pochette de l’album et le titre sont une réponse envers les journalistes qui n’hésitaient pas à inventer des scandales sur leur vie pleine d’excès  pour mieux vendre leurs torchons. De 89 à 91, les musiciens se laissent aller à se shooter, s’enivrer et jouer au bad boy’s band et les rumeurs quant à une séparation se multiplie puisqu’ils ne travaillent pas vraiment sur un nouvel album. En 1990, Steve Adler devenant dépendant à la came est viré du groupe à coups de pieds et sera remplacé par Matt Sorum, un ex de The Cult. Un peu plus tard le claviériste Dizzy Reed lui aussi ex membre  de The Cult fait son entrée dans le groupe par le biais de Slash. Le groupe donne cette année un concert à San Luis où lors d’une émeute 60 personnes sont blessés.

En septembre 1991, le groupe sort un nouvel album divisé en deux parties intitulé Use your Illusion I et II où l’on y découvre les titres « Live and Let Die« , « The Garden » avec Alice Cooper pour le premier CD et « Knockin’ on Heaven’s Door« , « You Coulde be Mine » (BO de Terminator II) pour le second. Un bon album dans lequel tout le talent des Guns y est présent et décliné sous toute ses formes. C’est alors que démarre une tournée mondiale qui aura pour nom aux Etats-Unis « Geti in the Ring, Motherfucker ! » et pour le reste du monde « Use your Illusion Tour« . Axl n’hésitera pas pendant les concerts à faire d’éloquents discours moralisateurs qui au vu de son passé débridé ne lui sied guère et se prenait pour la réincarnation de Jim Morrison. Ne supportant plus la domination d’Axl sur le groupe, Izzy quitte la formation durant la première partie de la tournée et Gilby Clarke dû le remplacer.

En avril 1992, le leader du groupe rend hommage à Freddie Mercury et interprète au côté d’Elthon Jhon et des ex Queen le titre « Bohemian Rhapsody« . Sa prestation est pleine de dynamisme voire un petit peu trop pour une chanson si calme d’ordinaire. Une tournée en compagnie de Metalica et Nirvana était prévue mais les différends entre Kurt Cobain et Axl forcèrent le groupe grunge à annuler leur participation et ce fut Faith no More qui pu profiter de l’occasion. Les bagarres et les arrestations sont devenues une habitude durant cette immense tournée qui se termine en 1993. La même année le groupe sort l’album « The Spaghettis Incident ? » constitué uniquement de reprises telles que « Raw Power » des Stoogies et « Black Leather » des Sex Pistols ou encore celle cachée du tueur en série Charles Manson qui défraye la chronique. Peu après la dissolution du groupe sera inévitable avec une ambiance totalement pourrie.

Deux albums sortiront, le premier Live Era ’81-93‘ en 1999 et le second Greatest Hit en 2004. Le groupe à la seule initiative d’Axl Rose fait une tournée en Amérique du nord en 2006 et sort un album intitulé Chinese Democracy. Seulement l’absence du guitariste Slash impliqué dans d’autres groupes (Velvet Revolver et Snakepit) et celle des membres originaux sont un grand manque pour la formation. En 2010, le groupe a reprit le chemin des tournée et passera notamment à Paris.

Apple appelle Sam Mendes pour assurer la promo de l’iPhone 4
Festival de Cabourg : la romance sur grand écran
Tristan Karache-Prudent

One thought on “Gun N’Roses: Toute une époque”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *