Musique
From Klezmer to Mali (II) : Nouveau Casino le 26 mars Total mandingue et méchouga !

From Klezmer to Mali (II) : Nouveau Casino le 26 mars Total mandingue et méchouga !

18 mars 2011 | PAR Pascal

Seconde partie : Hommes des villes, hommes des chants

La tradition des griots, sa Kora, son N’goni et son balafon sur fond de rythmes afro-cubains rencontrera la culture musicale des Juifs de l’Europe de l’Est dans sa version augmentée de dubs électro et de basse ronflante le 26 mars au Nouveau Casino. Main dans la main, Claude Szwimmer, passionné de culture musicale world et patron du label Jumu, grand talent scout devant la modernité de la musique Klezmer et Olivier Kaba, propriétaire du studio Bogolan de Bamako, spécialiste de la musique Africaine et fondateur du label Métis records, deux hommes ces villes, deux hommes des chants, qu’aucun voyage musical ne saurait effrayé. Sur la même scène le jubilatoire et magique Anakronic electro orkestra et les doux mandingues de Mandébossa et de leurs invités sud américains. Musique world à tous les étages et histoire de métissage dès l’origine de leur monde total mandingue et méchouga.

Dans la première partie de notre interview, Olivier et Claude partageaient les richesses musicales auxquelles ils étaient attachés et qu’ils produisaient via leurs labels respectifs. Un évènement avait vu le jour : Golem (NY Klezmer) et Mandébossa en concert, sur la même affiche. Si le rapprochement musical n’a pas lieu sous la forme d’un partage, l’émotion des deux côtés est réelle. Rapprochements des villages, des mariages, des rituels, des immigrations forcées ou volontaires, et la danse, la danse venue du plus profond de l’intime, charnelle et chaloupée, donnant au corps son identité hors l’histoire, ses souffrances et ses joies. Sur le dancefloor, l’ambiance est à son paroxysme quelles que soient les origines, les quartiers, la couleur de peau ou la religion. Le monde est ici. Allez plus loin, telle sera la conclusion de cette première affiche.

Un second projet nait, un rituel d’échanges naturels dans la distribution physique des albums, une implication immédiate du côté Bogolan dans la production de « speaking with ghosts » le premier album d’Anakronic eletro okestra. Les bandes sont envoyées à Bamako pour les mixer. Sidiki diabaté (fils de Toumani Diabaté, grammy award, joueur de kora) Andra Kouyaté (n’goni, instrument du blues du griot) et Rokia Traoré écoutent et augmentent les pistes de leurs accords.

Retour à Paris et seconde affiche commune au sentier des Halles. Mêmes causes, mêmes effets, même popularité et un David Krakauer enthousiaste qui se saisit de sa clarinette et improvise, génial.

Szwimmer dans les villes. Si la musique d’Europe de l’Est et Centrale avec son mouvement nova klezmer fait aujourd ‘hui plus que bonne figure, tant dans ses aspects roots et festifs ainsi que ses enregistrements par des stars t(même Enrico Macias sort un album produit par Socalled aujourd »hui.), pour Claude Szwimmer la route fut longue. « J’étais alors le comptable de Zadig productions. Bruno Nahon m’invite à la Cigale pour voir David Krakauer et Socalled. Je tombe raid. Très inspiré par le livre de Brenner sur la diaspora, l’Idée de la compilation de la diaspora juive mondiale devient mon but. Finalement Bruno propose de monter un label. »

A Noël, il tombe sur une annonce de libé : recherche jeune juif entrepreneur. Ezra Venture. Fondation française inspirée par la Joshua venture de new york. Initiative novatrice et non communautariste. « On décide de concourir en mars. Nous nous inspirons de Jdub le label avec qui nous tissons un partenariat pour développer et signer Mathissiaou en Europe et Heeb le journal branché juif New Yorkais. En janvier 2004, je booke Mathissiaou et Hip hop Hoodios pour des concerts en Novembre et décembre 2004. En mars nos sommes élus projet de l’année. ». En juin 2005, ils signent une convention où ils s’engagent à sortir une compile non communautariste et signer des artistes jeunes. « On est à deux doigts de signer Socalled. On va à New York et on signe Mathissiaou pour deux titres et une tournée européenne. On signe Socalled dans un bar pour le Socalled seder et Ghetto blaster.

Jumu travaille immédiatement sur sa ligne éditoriale et graphique. Logo en quatre mots avec lettres hébraïques inversées, deux trois concerts par an et production en clubs. Balkan beat box qui a besoin d’un coup de relooking et d’un peu de promo rejoint la bande via Jdubrecords. C’est le moment que choisit l’ancien label de Bronson V2 pour signer le groupe Ov va voi de Sophie Solomon.

« En décembre 2006 on organise le concert de promo. Laurent Deisidery signe le produit « compilation » Lancement mondial. Dans les bacs en septembre 2007 et succès retentissant. » Aujourd’hui, notre talent scout qui écumait de par le monde les salons du Womex (world music) à la recherche de « ce qui pourrait changer de la musique des bar-mitsva » développe avec Olivier Kaba le pont, qui cette fois-ci sera commun pour quatre titres live, entre le Klezmer et la musique mandingue. Hommes des villes et hommes des chants, que du monde beau. Et à Olivier de conclure : « On est bien parti pour en faire d’autres. »

Mandébossa : Aminata Doumbia (chant) Mohamed Diaby (chant) Youssouf Diabaté (n’goni) Christina violle (chant brésilienne) Inor sotolongo (percussions cubaines) Ahmed fana (balafon, percu) Tanti (chant) Adélino de souza (basse) Ludwig Goran (flute traversière) Laurent Avenar cohen (guitariste)

Anakronic électro Orkestra : Au centre du groupe, un musicien touche-à-tout d’à peine 24 ans, Mikaël Charry. Repéré en 2004 lors d’une master class de new klezmer, il étonne son jeune professeur… SoCalled.Tournant dans sa vie musicale, le klezmer est une révélation pour Mikaël. Et tout de suite l’envie, en respectant l’esprit de la musique, de le transformer, l’enrichir de son univers electro-jungle-classique-hiphop.C’est ensuite la rencontre avec Ludovic T. Kierasinski (basse) et Camille « Artichaut » (clarinette).
D’une expérience isolée home studio, Mikaël devient, avec ses amis, Anakronik Electro Orkestra. Ses deux compères, vite rejoints par Corinne Dubarry à l’accordéon, donneront un nouveau souffle au groupe, en y insufflant l’énergie du live.

 

Pascal Szulc

Avec la 11e édition du festival du Film israélien, gagnez 2 places pour The Matchmaker d’Avi Nesher, le 26 mars
Avec la 11e édition du festival du Film israélien, gagnez 2 places pour Precious Life de Shlomi Eldar, le 27 mars
Pascal

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture