Electro

La Mamie’s présente « Cooking with Palms Trax » à la Machine du Moulin Rouge [Report]

La Mamie’s présente « Cooking with Palms Trax » à la Machine du Moulin Rouge [Report]

26 mars 2019 | PAR Hugo Saadi

La Mamie’s avait déjà fait vibrer La Machine du Moulin Rouge en septembre dernier en accueillant Palms Trax, le dénicheur de pépites musicales, ils ont remis le couvert samedi dernier pour une folle soirée « Cooking with… ». Report.

Alors que La Mamie’s faisait son échauffement à la Ferme du Nonheur de Nanterre de 14h à 22h, les voilà qu’ils débarquent à la Machine du Moulin rouge pour en investir la totalité (Central et Chaufferie donc). Et pas avec n’importe qui. Palms Trax revient à nouveau à Paris avec son concept de « Cooking with », originellement une émission mensuelle qu’il a lancé et où il s’est créé une véritable communauté (et où évidemment il sortait des petites pépites musicales). À la Machine, il passe donc à table derrière les platines et nous concocte un dîner 4 étoiles. Lorsqu’on arrive, il vient tout juste de démarrer et dès les premières minutes, on sait déjà que l’allemand va nous servir un festin comme il sait très bien le faire.

Car Jay Donaldson aka Palms Trax n’est pas un DJ comme les autres. C’est avant tout un digger hors pair. Il puise dans les sons de Détroit et de Chicago et balance des tracks pointues, old school, aux sonorités africaines, cubaines, nord américaine, il mélange les saveurs (à l’image des deux sons ci dessus et dessous). Pendant 2h de set, on passe donc d’un genre à un autre dans des transitions parfaites. Sans oublier ses talents de producteur, lui qui compose une house bien calibrée et joyeuse dont il a le secret. Que ce soit au Dekmantel (chaque année, ses passages sont hystériques et demeurent des temps forts du festival hollandais) ou samedi soir, il arrive à insuffler une ambiance si particulière, une ambiance de vraie teuf, de plaisir qui pourrait s’éterniser encore et encore. Il n’y a qu’à voir l’attitude du public, sourire aux lèvres et regards enthousiastes, le seul mot d’ordre de la soirée étant de prendre son pied, grâce à la musique. Cette communion avec le public, passe avec les sons qu’il envoie, mais surtout avec lui, un DJ qui est en plein kif lorsqu’il mixe, quelque chose de rare, et un artiste qui malgré tout son talent, reste humble et abordable. A la fin de son set, on découvre I-F, changement de registre avec des BPM beaucoup plus intenses, la transition nous met un peu en dedans, alors on termine la soirée à la Chaufferie devant l’énergique b2b entre Zozo et Max Abysmal.

On retrouvera toute la team de La Mamie’s à la machine le 12 avril prochain pour un All night long et le 11 mai avec Optimo, Ceephax Acid Crew (live), Tornado Wallace et Jonny Rock

« Strip Tease » de Pere Faura : le Catalan se dénude avec brio
« Belgian Rules, Belgium Rules » : la Belgique imprenable de Jan Fabre
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *