Musique
Dead can dance (de la playlist)

Dead can dance (de la playlist)

19 décembre 2021 | PAR Antoine Couder

Une deuxième semaine de non-danse avec Soduh, Sun dog, Moha MMZ, Temps des nuits, Stanley Brinks and Freshard.

 Lion Heart — Stanley Brinks and Freshard.

Les morts peuvent danser, c’est sérieux. Il suffit de jeter une oreille à nos Stone&Charden de Berlin, toujours attablés et prêts à chanter à la première occasion de leur voyage d’hiver. Pour eux aussi, ça se complique et l’alcool forcément coule toujours dans leurs veines joyeuses et mélancoliques.

Sun dog — Édouard Ferlet

Les morts peuvent danser, si si si, dans un vieux piano-bar à un moment de chauffe. Ferlet sans doute est tout seul dans le noir et n’a pas l’intention par se laisser contaminer par cette lugubre ambiance. Alors il tape, il tape et il s’envole. Ghost in a shell.

Pet detective — Soduh

Les morts peuvent danser, les fantômes, les vrais, ceux venus de Baltimore qui forment carrément un chœur de flow et d’inflexions changeantes jouant à vibrionner sur le chemin obscur qui mène jusqu’à la maison hantée. Follow me, follow me, follow me.

Omertà — Moha MMZ

Les morts peuvent danser alors ce sera la très inconfortable Omertà  pour un rappeur qui se laisse porter oriental, et même carrément flamenco si l’on écoute bien l’inflexion instrumentale. Ça tourne bien et ça ponctue la douce mélancolie de celui dont la condamnation serait de se taire. Pas d’agenda dans le vaisseau spatial, ouais ça va peut-être bien durer longtemps.

Les souterrains — Temps des nuits

Les morts peuvent danser c’est clair même maintenant, ils préfèrent les souterrains, à l’abri du regard et de l’espace-temps du moment. Ici lancés à pleine vitesse,  plongés dans un ballet macabre entre Mathématiques modernes et Starshooter qui semble noyé dans une Red Bull totalement funky, french boogie resurgissant sur les marges, sorti du placard. C’est évident, tout ne tient plus qu’à un fil.

À l’Opéra Comique, les nouveaux Roméo et Juliette triomphent
“10 000 façons de mourir” d’Alex Cox : Et pour quelques westerns italiens de plus
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionné pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Ed. du Castor Astral, septembre 2022) ainsi qu'un roman musical, à paraître cet été 2022 aux éditions de l'Harmattan.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration