Musique
L’énigmatique Mylo Xyloto

L’énigmatique Mylo Xyloto

31 octobre 2011 | PAR La Rédaction

Mylo Xyloto expression énigmatique d’un album à la croisée des chemins. Cinquième album de Coldplay entre acoustique et vision pop dance électro.

L’envie d’évoluer est là au risque de perdre certains adeptes colplayien. Enrobage trop sucré mêlant dance synthétisé et pop acidulée, loin de leur acquis « rockien » mesuré , symbole de leur succès passé. Mylo Xyloto n’est donc pas un retour aux sources mais la suite logique de Viva la vida leur dernier opus.

Un album concept, un voyage de 44 minutes qui nous transmet toute une gamme d’émotion. Coldplay se montre rassembleur, assène quelques flèches , ouvre une brèche,  il y a comme de l’espoir dans l’air, certains y verront un appel vide de sens,  d’autres la trace de leur ombre. Une plongée au cœur de l’Homme, comme témoin. L’observateur réalise et « It hurts like heaven », il rêve de « Paradise », d’une jeunesse à la « Charlie Brown »  confite dans la peur, matinée d’un espoir sans fin.Il voudrait que le temps reprenne sa place , qu’il redevienne horloge et non une souffrance « us against the world ».  L’indignation comme une contagion, un virus catalyseur, un réveil des générations même si tout est enrobé, voir au-delà pour se sentir libre et vivant même si « Major minus » is watching….

Mylo Xyloto est une collection d’ambiance à la limite de l’indigeste pour son coté fourre tout, surplus d’effets electro,  guitare enflée. Coldplay nous envahit, nous complique l’écoute, il gagne à rester simple comme dans le joli « Up with the birds » ou le plus enlevé « Major minus ». La « synthétisation » à l’extrême , l’utilisation de « beats » synonyme de conformisme populaire donne une saveur éthérée à ce nouveau Coldplay.

Mylo Xyloto est l’album le plus pop de Coldplay, les fans de « Parachutes » vont  tomber de haut ceux de « Viva la vida » trouverons toujours à manger, pour les autres il faudra attendre le sixième album !

 

Godefroy triomphant, une comédie nouvelle.
Fanny Ardant habite la peau de Cassandre.
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *